Art de vivre

Un étrange arachnide se débarrasse de son exosquelette

Gentside Découverte

Vendredi, 17 Mars 2017, 12:17

Un amblypyge en pleine mue

Les amblypyges sont des arachnides assez étonnants. D'après les spécialistes, leur ordre existe depuis près de 300 millions d'années sauf que leur aspect semble avoir très peu changé depuis cette époque. Mesurant entre 5 et 70 centimètres, pattes comprises, ces créatures affichent ainsi un drôle d'aspect.

Dotées de huit pattes, elles n'en utilisent que six pour marcher un peu à la façon d'un crabe. Les deux autres sont employées elles, comme des antennes pour sentir l'environnement. Ajouté à cela, les amblypyges sont équipés de pédipalpes qui leur permettent d'attraper leur victime avant de les déguster avec leurs chélicères.

Un arachnide en pleine mue

Jordan Cadiot, un photographe français, est fasciné par ces drôles de prédateurs. «Ils sont très étranges mais magnifiques aussi», a-t-il expliqué à Barcroft. «Quand j'ai vu mon premier amblypyge. Je me suis dit : 'Ils doivent être tellement intéressants !' Et j'avais raison !»

Pour le photographe, les amblypyges sont même devenus un animal de compagnie. Récemment, il a ainsi pu observer un spécimen réaliser sa mue. Ce processus qui dure plusieurs heures permet à l'arachnide de se fabriquer un nouvel exosquelette et de se débarrasser de l'ancien. Quand ils sont jeunes, les amblypyges muent tous les deux-trois mois.

Puis en grandissant, les mues se font plus rares, ne survenant que tous les trois ans environ. Sur les images de Jordan Cadiot, on peut observer l'animal quitter son ancienne enveloppe pour sortir sous une forme blanche et quasi translucide.

Vulnérable

Durant cette mue, les amblypyges sont particulièrement vulnérables car leur nouvelle enveloppe est molle. Il faut plusieurs jours avant que celle-ci ne durcisse, protégeant alors de nouveau l'animal.

Malgré leur apparence quelque peu effrayante et leur nature de prédateur, ces arachnides sont considérés comme inoffensifs pour l'homme. Craintifs et plutôt nocturnes, ils ne possèdent ni dard, ni crocs venimeux. Le risque est celui d'une morsure mais cela reste rare. À l'heure actuelle, quelque 155 espèces d'amplybyges sont répertoriées.

Menu