Les animaux des régions tropicales menacés par la chasse

AFP

Jeudi, 13 Avril 2017, 14:52

Photo Fotolia

La chasse est une menace majeure pour les mammifères et oiseaux dans les régions tropicales à proximité des lieux habités et des routes, conclut une étude menée par une équipe internationale d'écologistes et d'environnementalistes.

Ces chercheurs, dont les travaux sont publiés jeudi dans la revue américaine Science, ont déterminé que les populations de mammifères et d'oiseaux avaient diminué respectivement de 83% et 57% en moyenne dans des zones de sept à 40 km des points d'accès aux chasseurs, tels que des routes ou villages.

Ils ont également constaté que la chasse commerciale avait un impact nettement supérieur à la chasse pour se nourrir.

Les scientifiques ont aussi conclu que les activités des chasseurs professionnels produisaient des effets beaucoup plus néfastes quand ces derniers avaient un plus grand accès à des centres urbains importants où ils peuvent écouler leurs prises.

«Cette étude nous a permis de faire une meilleure estimation des populations d'animaux restant dans ces zones par rapport à leur abondance initiale», écrivent-ils.

Pour cette étude, ils en ont synthétisé 176 autres, afin de quantifier la réduction des populations de 254 espèces de mammifères et de 97 espèces d'oiseaux résultant de la chasse dans les régions tropicales d'Amérique centrale et du sud, d'Afrique et d'Asie.

«Il y a plusieurs causes au déclin des populations animales dans les régions tropicales, dont la destruction de leur habitat, la chasse excessive et la fragmentation des écosystèmes», relève Ana Benítez-López, chercheuse de l'Université Radboud aux Pays-Bas, qui a dirigé ces travaux.

Cette étude montre pour la première fois l'ampleur de l'impact de la chasse sur un grand nombre d'espèces sur une vaste région du globe.

L'étude prend en compte tous les animaux, pas seulement les grands mammifères incluant ainsi les petits rongeurs et les oiseaux.

Les mammifères sont davantage chassés parce qu'ils sont plus gros et fournissent plus de nourriture.

En raison de la demande croissante de viande d'animaux sauvages, les chasseurs professionnels ont chassé les grosses espèces animales quasiment jusqu'à leur extinction dans les zones à proximité des villages, les forçant à aller de plus en plus loin pour chasser.

Pour les espèces particulièrement «intéressantes commercialement» comme les éléphants et les gorilles, les distances parcourues par les chasseurs sont encore plus grandes, démontre l'étude.

Ces scientifiques ont aussi constaté que les populations de mammifères avaient été réduites par la chasse même dans des zones protégées comme les parcs et sanctuaires.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu