Divertissement

Vers une politique nationale des arts du cirque

Agence QMI

Lundi, 15 Mai 2017, 15:38

MONTRÉAL - En piste, un regroupement qui rassemble plus de 400 professionnels et organismes circassiens et qui souligne son 20e anniversaire, propose la mise en place d'une politique nationale des arts du cirque pour assurer leur pérennité.

C'est ce qui ressort du plan directeur 2017-2027 présenté lundi, dont on a détaillé les grandes orientations. «Il y a beaucoup d'enjeux de création, promotion, diffusion, formation, appui à la recherche et de sécurité, a fait savoir Christine Bouchard, directrice générale du regroupement. Présentement, 90% des revenus des compagnies de cirque proviennent de l'étranger. On est très peu soutenu par le gouvernement et par le Conseil des arts, on est en fait la discipline la moins soutenue dans les arts de la scène».

En quelques décennies, le cirque est passé d'une discipline émergente à une fierté nationale. «Depuis 20 ans, il y a eu une croissance fulgurante, a enchaîné Samuel Tétreault, président d'En piste et cofondateur des 7 doigts. Les arts du cirque sont devenus une source de fierté pour l'ensemble des Québécois. On est souvent cité parmi les plus grands ambassadeurs de culture québécoise à l'étranger avec le Cirque du Soleil, le Cirque Éloize et le Cirque Alphonse».

«Au début des années 2000, on avait obtenu des moyens à la mesure d'une discipline en émergence à travers différents conseils. Maintenant, on occupe une place de leader, d'avant-gardiste du cirque contemporain, et s'y on veut la maintenir, on a besoin d'arrimer les besoins financiers du secteur public», a-t-il résumé.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu