Divertissement

Sophie Prégent fait l'objet de vives critiques

Agence QMI

Mercredi, 08 Novembre 2017, 14:32

Photo d'archives

Plusieurs comédiens québécois ont vivement critiqué la présidente de l'Union des artistes (UDA), Sophie Prégent, pour ses réactions aux diverses allégations d'inconduite sexuelle qui touche le milieu depuis quelques semaines.

Cette dernière a notamment réagi mercredi matin aux allégations d'inconduite qui visent le réalisateur Sylvain Archambault.

Ses propos semblent avoir dérangé plusieurs membres bien en vue de l'UDA dont l'actrice Karine Vanasse qui s'est demandée sur Twitter «pourquoi le lien de confiance entre l'UDA et ses membres n'est pas assez fort pour que les actrices et acteurs se manifestent auprès de l'UDA quand de telles situations sont vécues».

Mme Vanasse se demande même si Sophie Prégent peut encore de «façon impartiale» représenter les membres de l'UDA puisqu'elle travaille encore dans le milieu artistique.

L'acteur Marc-André Grondin a, lui aussi, remis en question le rôle de Sophie Prégent à la tête de l'UDA.

Dans une lettre publiée sur son compte Twitter, celui qui joue actuellement dans la série «L'imposteur» a avancé que la présidente de l'UDA s'était mise en situation de «conflit d'intérêts».

«En acceptant de relater vos expériences personnelles avec M. Archambault, vous vous êtes placée en grave situation de conflit d'intérêts et avez failli à votre rôle. Un devoir de neutralité s'imposait», a-t-il écrit.

Il a poursuivi son récit en disant que Mme Prégent s'était placée à la «défense d'un réalisateur» au détriment de ses membres.

«Vous dites que vous êtes écoeurée depuis quelques semaines que ces allégations sortent dans les médias plutôt que de recevoir des plaintes et de les gérer par les mécanismes mis en place par l'UDA. Comment osez-vous vous étonner que certains de vos membres décident de passer par les médias plutôt que d'utiliser les mécanismes internes à notre syndicat lorsque notre propre présidente tient de tels propos? Si notre présidente est prête à aller en ondes pour défendre un de ses donneurs d'ouvrage accusé d'inconduites professionnelles, comment pouvons-nous avoir confiance dans les mécanismes qu'elle aura mis en place pour gérer ces plaintes?», a-t-il avancé.

«Je m'interroge ce matin sur votre capacité à distinguer vos expériences personnelles de votre devoir syndical et remets ainsi en doute votre capacité à remplir le rôle pour lequel vous avez été élue.»

Sylvain Archambault nie les allégations

Dans un communiqué, Sylvain Archambault a nié «catégoriquement» les allégations dont il fait l'objet.

«L'anonymat permet de dire n'importe quoi, même des faussetés», a-t-il écrit.

«On assiste depuis quelque temps à non seulement des mises en accusation gratuites non "challengées", mais à des condamnations en règle sans droit de défense», a-t-il ajouté.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu