Divertissement

Affaire Weinstein: grand déballage à Hollywood

AFP

Mercredi, 11 Octobre 2017, 17:50

Photo AFP

Harvey Weinstein

Le séisme de l'affaire Weinstein continuait à secouer Hollywood mercredi avec de nouvelles accusations contre le producteur déchu de la part de Léa Seydoux et Cara Delevingne, et un grand déballage sur les pratiques de harcèlement sexuel et l'hypocrisie d'une industrie qui se veut progressiste.

L'actrice Cara Delevingne, star du dernier Luc Besson «Valérian et la cité des mille planètes», raconte sur Instagram qu'Harvey Weinstein, qu'elle avait suivi à contre-coeur dans une chambre d'hôtel, lui a demandé d'embrasser une femme qui se trouvait là et a tenté de l'embrasser sur la bouche avant qu'elle ne s'échappe.

Léa Seydoux, dans une tribune au Guardian, dit avoir dû «se défendre» pour échapper au puissant producteur s'était «jeté sur elle».

Harvey Weinstein, 65 ans, est accusé d'avoir harcelé sexuellement de jeunes actrices, mannequins et employées depuis les années 1990. Des stars ont témoigné publiquement dans le New York Times et le New Yorker depuis la semaine dernière, notamment Mira Sorvino, Rosana Arquette, Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie, Emma de Caunes et Judith Godrèche, qui ont décrit des avances sexuelles insistantes formulées par le puissant producteur, souvent dans une chambre d'hôtel, alors qu'il n'était vêtu que d'un peignoir, voire nu.

Trois femmes l'ont accusé de viol, la star italienne Asia Argento, l'actrice Lucia Evans et une autre femme anonyme. Par un porte-parole, il a affirmé que toute les relations sexuelles étaient consenties.

Harvey Weinstein n'est pourtant que «le haut de l'iceberg», insiste l'acteur et réalisateur Rob Schneider («Inside Amy Schumer») dans une vidéo publiée par le site TMZ où il dit avoir été lui-même harcelé par un cinéaste célèbre lorsqu'il était jeune.

«C'est partout»

«Les acteurs, les actrices plus que les hommes, sont particulièrement vulnérables. Ils ont besoin d'un agent et les agents sont répugnants aussi», assure-t-il.

«Les directeurs de casting, les producteurs, les réalisateurs, c'est partout dans l'industrie (du film), il n'y a pas une actrice qui n'ait pas une histoire».

Dans sa tribune, Léa Seydoux dit rencontrer des hommes comme Harvey Weinstein «tout le temps» et dénonce le traitement misogyne des femmes dans le cinéma - aux États-Unis ou ailleurs - de l'exigence de perfection physique aux écarts de salaires injustifiés avec les hommes.

Elle souligne surtout que beaucoup de réalisateurs en vogue abusent de leur pouvoir à l'image de M. Weinstein

La vedette de «La vie d'Adèle» et «James Bond girl» («007 Spectre») cite l'un d'eux qui lui a lancé «j'aimerais te baiser», un autre qui filmait en se rinçant l'oeil des scènes de sexe interminables, un qui a tenté de l'embrasser et qu'elle a également dû repousser avec force.

Le scandale Weinstein a ouvert la boîte de Pandore sur les abus sexuels des puissants dans le septième art et l'hypocrisie à Hollywood.

Rose McGowan, l'une des actrices citées dans le New York Times comme ayant passé un accord amiable avec Harvey Weinstein après un incident - ce qu'elle semble confirmer par une avalanche de tweets sur l'affaire - a lancé une véritable campagne sur Twitter pour obtenir la démission de la totalité du conseil d'administration de la Weinstein Company - y compris Bob le frère de Harvey et cofondateur de la maison de production: «Ils étaient tous au courant», dénonce-t-elle.

Elle traite aussi de menteur Ben Affleck qui selon elle était aussi au courant du comportement de Harvey Weinstein alors que dans sa réaction officielle aux révélations sur le producteur qui a lancé sa carrière en finançant «Will Hunting», il laisse entendre qu'il l'ignorait.

Ben Affleck s'est par ailleurs excusé sur Twitter de son comportement inapproprié avec la comédienne Hilarie Burton il y a 15 ans lors d'une émission télé, lui demandant notamment pourquoi elle ne la présentait pas seins nus.

Donateur démocrate

L'Académie des arts et sciences du cinéma, qui a accordé aux frères Weinstein 81 Oscars lors de leur carrière à la tête de Miramax puis de la Weinstein Company, a annoncé une réunion samedi pour «discuter des accusations» contre le producteur.

Les dirigeants du Festival de Cannes ont condamné un «comportement impardonnable».

Le scandale de plus en plus retentissant débordait sur la scène politique car Harvey Weinstein était une figure incontournable pour tous les grands candidats démocrates depuis deux décennies.

Il a personnellement donné 1,4 million de dollars à des candidats ou comités démocrates ou au parti depuis 1990, selon le Center for Responsive Politics. A cela s'ajoutent des centaines de milliers de dollars levés auprès de son réseau.

Après plusieurs jours de silence, Hillary Clinton s'est dite mardi «choquée et écoeurée», tandis que Barack et Michelle Obama se déclaraient «dégoûtés».

Les républicains réclament le remboursement des sommes données ou levées par Weinstein, ce que de nombreux sénateurs démocrates ont commencé à faire.

«Il est ironique que les républicains s'agitent autant autour de Harvey Weinstein quand le président lui-même a été accusé de harcèlement sexuel 15 fois», a répliqué Jennifer Granholm, ancienne gouverneure démocrate, sur CNN.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu