Divertissement

René Lapierre lauréat du Grand Prix du livre de Montréal

Yan Lauzon

Lundi, 13 Novembre 2017, 15:59

Photo Agence QMI, Dario Ayala

René Lapierre

MONTRÉAL - Le Grand Prix du livre de Montréal 2017 a été décerné à René Lapierre. Il a reçu cet honneur lundi pour «Les adieux», son 11e recueil de poésie offert aux éditions Les herbes rouges.

Le jury dirigé par Catherine Mavrikakis a qualifié cette création d'«oeuvre majeure» aux «allures testamentaires». «Il y a une somme de connaissances et de vie inscrites dans l'oeuvre», a laissé savoir l'auteure en conférence de presse.

«Les lecteurs y ont vu une traversée des époques, une littérature puissante capable d'une hospitalité sans pareil avec la vie», a-t-elle ajouté.

Une responsabilité

Déjà lauréat de plusieurs distinctions, dont un Prix littéraire du Gouverneur général en lien avec «Pour les désespérés seulement», un autre recueil de poésie, René Lapierre s'est dit fort touché d'être ainsi primé.

«C'est un très grand honneur et, aussi, en terme d'écriture, une forme de responsabilité, a-t-il dit. Cet honneur n'appartient pas à un individu, mais à une discipline. On n'écrit pas et on ne lit pas seul, mais entouré de tout ce qui est créé. C'est avec une vive émotion que je reçois l'honneur qui est fait à ce recueil.»

Marqué par l'actualité

Avec «Les adieux», René Lapierre a décidé de parler d'amour. Ce qui se passe sur la planète a grandement teinté son écriture.

«Le monde va tellement mal que l'actualité est frontale. On est en collision, en désaccord, en deuil tous les jours pour des questions d'actualité, a-t-il expliqué. Il est absolument impossible de faire abstraction de cette actualité pour écrire. Si on écrit, c'est pour se déprendre et arriver à sentir qu'on est entouré de gens qui ont plus à offrir que ce à quoi l'actualité tend à réduire: le monde, les êtres et les valeurs.»

«Les adieux» a été préféré aux finalistes «Des chants pour Angel» de Marie-Claire Blais, «Images à Mallarmé» signé Jacques Brault, «Le jeu de la musique» rédigé par Stéfanie Clermont et «Montréal-Mirabel» né de la plume de Marie-Pascale Hugo.

Au total, l'oeuvre de René Lapierre a été choisie parmi plus de 200 livres publiés à Montréal entre le 1er septembre 2016 et le 31 août 2017.

L'an dernier, le Grand Prix du livre de Montréal - un honneur créé en 1965 et accompagné d'une bourse de 15 000 $ - a été remis à Anaïs Barbeau-Lavalette après la sortie de «La femme qui fuit».

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu