Divertissement

Pierre Dury, peintre

Agence QMI

Mardi, 05 Décembre 2017, 09:23

Photo Facebook

Pierre Dury

J'ai rencontré Pierre Dury pour la première fois à l'été 1974 lorsqu'une amie commune me l'a présenté, et recommandé, alors que je cherchais un photographe de plateau qui accepterait de travailler en différé pour le tournage de mon film Vie D'Ange Rapt de Star, paru en 1980, six ans plus tard. Tant qu'à y être, Pierre Dury a aussi tenu un petit rôle de figuration parlante dans ce film incroyablement tourné en sept jours avec un budget de tournage d'à peine 7000 $ et mettant en vedette Paule Baillargeon et moi-même, long-métrage racontant les déboires d'un couple involontairement soudé l'un à l'autre par le syndrome du « penis captivus ». Ce film est disponible chez ÉLÉPHANT.

En voici un teaser :

Toujours est-il que ma merveilleuse compagne, ayant recommandé quelques articles parus chez différents journaux au sujet de l'hommage bien mérité rendu à mon ami Pierre Dury la semaine passée à Repentigny, en voici un texte ayant pour auteure nulle autre que la célèbre Nathalie Petrowski que je vous invite à lire.

Quoiqu'il en soit Pierre Dury est un ami fidèle dont l'amitié traverse le temps et les avatars de l'existence. Au fil des années, il m'a suivi dans mes circonvolutions artistiques, dans mes élans passionnés comme dans mes défaites amères et a souvent réchappé les pneus de ma bagnole émotionnelle lorsque qu'ils étaient crevés de déceptions amoureuses ou de drames conjugaux. J'ai fait de même pour lui et l'ai quelques fois aidé à se sortir d'un mauvais pas ou de situations difficiles. C'est ça l'amitié.

En 2010, alors que je faisais la manche rue Beaubien, coin 10e avenue, devant un Provigo ayant vu passer nombre d'artistes fauchés tendre le gobelet devant ses portes, Pierre est passé me prendre en photographie et m'a alors offert un job de terrassier-menuisier que j'ai accepté avec soulagement ayant quelques expertises en ces domaines en plus de gratter le papier et les cordes de ma guitare.

Même si je l'ai surtout connu en photographie, c'est le peintre qui m'a depuis toujours accroché chez Pierre Dury, qui demeurera cependant un portraitiste inspiré, et un photographe de cinéma toujours à l'affut d'instantanés inspirants.

Je sens que bientôt le photographe Pierre Dury deviendra Dury le peintre fulgurant de flamboyance qui osera propulser l'art de peindre au-delà de ce que nous en connaissons à ce jour. Il l'est déjà ce grand peintre qui attend son heure pour sortir de l'ombre mais il le cache encore car, comme nous le savons tous, la pureté de l'artiste est directement proportionnelle à son empêchement de vivre de l'Art. La société québécoise traque le génie pour l'annihiler alors que le talent y jette sa poudre aux yeux. Pierre Dury l'a compris il y a longtemps. Je fais le chemin inverse, quant à moi, étant devenu depuis peu l'un des caissiers d'une grande surface spécialisée dans la vente de matériaux de construction.

En 1996, j'avais demandé à mon ami Pierre Dury de réaliser le vidéoclip de l'une de mes chansons intitulée Rock ma vie. Le voici :

Bonne semaine.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu