Divertissement

Osheaga dans la canicule

Marie-Josée R. Roy

Dimanche, 05 Août 2018, 21:32

Dario Ayala / Agence QMI

On était prévenus, et la météo a rempli ses promesses. Tel qu'annoncé plusieurs jours plus tôt, une canicule a de nouveau fait suffoquer Montréal dimanche, rendant déplacements et activités un peu plus difficiles à Osheaga.

Il a fait chaud tout le week-end mais, en ce troisième et dernier jour du festival, le mercure est monté jusqu'à 40 degrés, avec le facteur humidex, et trônait toujours à 31 degrés à l'approche de 20h. L'immense fontaine qui souhaitait la bienvenue aux participants, à l'entrée du site de l'île Notre-Dame, était évidemment on ne peut plus achalandée sous le soleil de plomb. Les festivaliers n'ont pas craint de se mouiller pour bénéficier de quelques minutes de répit.

«C'est vraiment difficile», a admis Gabriel L'Heureux, de la Rive-Sud, qui a accepté de nous accorder une entrevue, mais refusé de se faire photographier.

«J'ai failli pogner un coup de chaleur tout à l'heure», a ajouté le garçon de 20 ans, qui préconisait de simples moyens, comme manger léger et boire beaucoup d'eau, pour supporter la lourdeur du temps.

«Je pense que c'est la journée la plus chaude que j'ai jamais vécue dans un festival», a signalé Benjamin Logan, 30 ans, de Montréal, qui fréquentait Osheaga pour la troisième fois. Il venait d'ailleurs de sortir des jeux d'eau, tout comme Gabriel L'Heureux, lorsque l'Agence QMI s'est adressée à lui.

«Ça fait la ''job'', a-t-il concédé. Osheaga, ils font ça comme il faut. Il y a du''shade'' [zones d'ombres], de l'eau gratuite... Si tu as chaud, c'est normal!»

Camion-citerne

L'organisateur d'Osheaga, evenko, avait de fait implanté une initiative pour désaltérer les visiteurs facilement, de concert avec la Banque Nationale. Un camion-citerne de 30 000 litres d'eau potable était stationné à quelques pas de la scène de la Rivière, tout près de la terrasse Osheaga.

Ceux et celles qui avaient en leur possession une bouteille de plastique pouvaient aller s'y approvisionner sans frais. De longues files d'attente s'étendaient pour profiter du service, dimanche, tant et si bien que les employés avaient peine à chiffrer le nombre de personnes qui s'étaient présentées devant eux.

La motivation d'evenko, derrière cette idée, était non seulement de combler les soifs, mais également de restreindre l'achat de bouteilles de plastique et d'encourager l'utilisation de contenants réutilisables.

En ce sens, les pailles de plastique n'étaient plus offertes sur le terrain d'Osheaga cette année, pas plus qu'à '77 Montréal, Heavy Montréal, Île Soniq et YUL EAT, autres rassemblements gérés par evenko.

«C'est un événement. J'aime mieux qu'il fasse chaud, [plutôt] qu'il fasse froid!», a dit Charles Morin, de Saint-Constant, qui accompagnait ses amies, préférant visiblement voir la canicule du bon côté.

La 13e édition d'Osheaga se concluait, dimanche, avec les prestations de clôture de The National et de Florence and the Machine, entre autres. Autour de 18h, une foule compacte a chanté en choeur avec la sensation britannique Dua Lipa et, une heure plus tard, c'est le rappeur Post Malone qui soulevait la masse avec son succès «Rockstar».

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu