Divertissement

Ces infidèles notoires du petit écran

Yan Lauzon

Mercredi, 31 Octobre 2018, 11:30

Éric Myre

Patrick (à droite), le meilleur ami de Martin Matte dans la comédie «Les beaux malaises», n'hésite pas à se vanter de ses exploits sexuels et de faire allusion à ses différentes incartades.

Enivrés par le parfum de la chair et portés par ce besoin de vivre une nouvelle expérience sensorielle, plusieurs personnages de la télé québécoise ont commis l'adultère. Ils ont sauté la clôture de différentes façons, certains beaucoup plus souvent que d'autres.

Portraits de neuf d'entre eux dont les relations conjugales ont marqué les esprits.

Réjean Pinard - «La petite vie»

L'incorrigible Réjean Pinard est aussi un menteur invétéré. Défendu avec brio par Marc Messier, le mari de Thérèse Paré est l'un des personnages les plus drôles de la comédie «La petite vie», mais aussi l'un des plus désolants. Incapable de s'occuper de sa femme comme il se doit, il accumule les aventures à gauche et à droite. Même quand on le surprend dans les bois à courir après une nouvelle conquête ou lorsqu'il a un détecteur de mensonges au poignet, il ne dit jamais la vérité. Il préfère en rire. Par contre, quand il apprend que son épouse a eu une aventure dans une voiture Toyota Tercel, il la trouve moins drôle...

Jacques Berthier - «Mémoires vives»

Le cas de Jacques Berthier (joué par Gilles Renaud), à la tête de l'organisme Mémoires vives dans le téléroman du même titre, est assez complexe et tout à fait unique. Déjà papa d'un garçon avec sa première femme Francine, il a conçu une fille avec sa maîtresse Claire, mais a demandé à son épouse de l'élever sans en dire mot à la mère biologique. Il a ensuite fondé une famille avec sa nouvelle flamme avant de la quitter pour une femme plus jeune à qui il a également fait un enfant. Vers la fin de sa vie, il s'est retrouvé dans les bras de son ancienne épouse. Malgré tout ça, ses amoureuses ont gardé un beau souvenir de lui.

Patrick - «Les beaux malaises»

Qu'il soit sur un terrain de tennis ou à table pour souper, Patrick, le meilleur ami de Martin Matte dans la comédie «Les beaux malaises», n'hésite pas à se vanter de ses exploits sexuels et de faire allusion à ses différentes incartades. Prenant vie grâce à Patrice Robitaille, le personnage a tout des allures du type macho, mais niaiseux, qu'on souhaiterait avoir comme ami. Il communique sans malaise avec ses maîtresses via son téléphone cellulaire et s'amuse follement des moments qui pimentent son triste quotidien sexuel, même quand il est aux prises avec le syndrome du coyote après avoir couché avec une professeure d'école.

Jean-Paul Belleau - «Les dames de coeur»

Le paysage télévisuel québécois de la fin des années 1980 a été marqué par la diffusion du téléroman des soeurs Payette «Les dames de coeur». S'il y a un séducteur qui a fait battre bien des coeurs, c'est Jean-Paul Belleau, l'époux volage qu'a incarné Gilbert Sicotte pendant trois saisons. Marié à Lucie (jouée par Louise Rémy), il a amorcé une relation extraconjugale avec Julie Bastien (Dorothée Berryman) qui s'est étirée sur plusieurs années. Des moments au lit, les amants en ont beaucoup vécus. N'hésitant pas à sauter la clôture, Jean-Paul Belleau avait beau aimer sa femme, il a quand même eu le culot de faire en sorte qu'elle contracte une infection transmise sexuellement.

Éric Séguin - «Annie et ses hommes»

Depuis longtemps qualifié d'un des hommes les plus sexy du Québec, Claude Legault n'a pas toujours eu le beau rôle quand est venu le temps de former des couples à l'écran. À preuve, avec Éric Séguin - un aspirant chanteur - il n'a pas ménagé son amoureuse Josée Rivard (rôle défendu par Hélène Bourgeois-Leclerc) dans le téléroman «Annie et ses hommes». Ne croyant pas à la notion de fidélité - du moins chez les hommes -, son personnage a beaucoup fait pleurer la mère de ses jumeaux et a perdu sa confiance avant de réaliser que ce qu'il souhaitait par-dessus tout était de continuer sa vie avec elle.

Marc Lemaire et Claudine Grenier - «Feux»

La rencontre entre Marc Lemaire et son ancienne gardienne, Claudine Grenier, a allumé une flamme qui s'est transformée en véritable incendie dans la minisérie «Feux». D'une passion dévorante, cette relation extraconjugale entre deux adultes consentants - brillamment interprétés par Alexandre Goyette et Maude Guérin - ayant chacun une famille n'a pas seulement fortement ébranlé des couples, elle a aussi conduit à la mort du petit Hervé, laissé trop longtemps dans la voiture de son papa. Incapables de résister l'un à l'autre, cet homme et cette femme adultères ont payé cher la vie parallèle qu'ils ont menée.

Fanny Desjardins - «Hubert & Fanny»

Bien qu'il était tout le contraire de Guillaume, l'homme avec qui elle était en couple et souhaitait avoir des enfants, Fanny Desjardins a succombé au charme du beau et ténébreux Hubert, tatoueur qui a volé à son secours lors du braquage de banque qui s'est produit dès le début de la série «Hubert & Fanny». Trop tentée de le revoir et de de tisser des liens autres qu'amicaux avec lui, Fanny a fait voler son couple en éclats. Au revoir vie stable, processus d'adoption et paix d'esprit. Malgré les réticences de son entourage, elle a cru bon d'écouter son coeur (et son corps), non pas sa tête.

Julie Davignon - «Yamaska»

La mort de son fils Lambert n'est pas la seule épreuve que Julie Davignon, personnage fort du téléroman «Yamaska», a dû surmonter. Devant l'admiration du jeune Geoffroy Carpentier (Pascal Darilus), et confrontée à son insistance, la mère de trois enfants à laquelle a voulu prêter ses traits Chantal Fontaine s'est laissée emporter par son désir de plaire dans les bras de ce jeune homme, au risque de porter un autre dur coup à son couple. Dans le chalet familial, elle a succombé et consommé cette brève, mais dévorante passion. Si l'idylle a été de courte durée, on ne peut en dire autant de la période qui a été nécessaire pour regagner le coeur de son époux, William.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu