Actualités

Un ex-ministre de Lula condamné à 12 ans de prison pour corruption

AFP

Lundi, 26 Juin 2017, 09:38

Photo d'archive , AFP

Antonio Palocci.

Un ancien ministre des présidents brésiliens Luiz Inacio Lula da Silva et Dilma Rousseff, Antonio Palocci, a été condamné lundi à plus de 12 ans de prison pour corruption dans le cadre de l'enquête sur le scandale Petrobas, a-t-on appris de source judiciaire.

Antonio Palocci, ministre des Finances de Lula entre 2003 et 2006 et chef du cabinet de Dilma Rousseff en 2011, était une des personnalités les plus influentes du parti des Travailleurs (PT, gauche).

Il avait été arrêté dans le cadre l'opération «Lavage-Express», enquête tentaculaire qui a révélé le gigantesque scandale de corruption ayant permis le détournement plus de deux milliards de dollars du géant pétrolier d'État Petrobras.

Lula lui-même est visé par plusieurs volets de cette enquête.

M. Palocci a été condamné à 12 ans et deux mois d'emprisonnement pour corruption passive et blanchiment d'argent par Sergio Moro, juge emblématique du tribunal de Curitiba (Sud) chargé de « Lavage-Express ».

Détenu depuis septembre 2016, l'ex-ministre a été reconnu coupable d'avoir négocié des « pots-de-vin entre le groupe de construction Odebrecht et des intermédiaires du Parti des Travailleurs », indique la sentence.

Selon le tribunal, il a participé à des détournements de fonds de plus de 10 millions de dollars pour financer des campagnes politiques.

À la tête du ministère des Finances en 2003 lors de l'arrivée au pouvoir de Lula, Antonio Palocci avait réussi à rassurer les marchés financiers refroidis par l'élection de l'ancien syndicaliste et à restaurer la stabilité économique.

Mais cet homme de l'ombre avait été contraint à la démission en 2006 de son poste de ministre après avoir été impliqué dans un scandale de violation de secret bancaire.

De même en juin 2011, Antonio Palocci, chef de cabinet de Dilma Rousseff et de facto Premier ministre de la présidente d'alors, avait dû démissionner après des accusations d'enrichissement illicite.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu