Trump accuse la Chine de penser que les Américains sont «bêtes»

AFP

Thursday, October 11, 2018, 1:38 PM

Donald Trump a une nouvelle fois mis en garde avec virulence la Chine sur le front commercial jeudi, accusant Pékin de penser que les Américains sont «bêtes».

«Ils ont vécu trop bien pendant trop longtemps», a critiqué le président des États-Unis dans une longue interview avec la chaîne Fox News.

Le président Trump a repris ses reproches habituels selon lesquels la Chine doit son expansion économique à l'argent américain et à ses excédents commerciaux à l'égard des États-Unis. «Nous avons aidé à reconstruire la Chine plus que tout autre», «la Chine nous prenait 500 milliards de dollars pas an», mais «maintenant c'est fini», a-t-il martelé.

«Franchement, je crois qu'il pensent que les Américains sont bêtes. Les Américains ne sont pas bêtes», a-t-il dit.

Donald Trump a évoqué les droits de douane supplémentaires qu'il a récemment imposés sur 250 milliards de dollars d'importations chinoises. Selon lui, «cela a déjà eu un grand impact», «leur économie a ralenti très fortement».

Le Fonds monétaire international vient d'abaisser légèrement sa prévision de croissance chinoise pour l'an prochain, de 6,4% à 6,2%, ce qui serait son plus mauvais résultat depuis 1990.

«Je peux faire beaucoup plus si je veux», a menacé le président américain, laissant à nouveau planer le spectre de nouvelles taxes douanières. «Je ne veux pas le faire, mais il faut qu'ils viennent à la table des négociations», a-t-il ajouté.

Pour Donald Trump, Pékin «veut désespérément négocier», «mais je leur ai dit qu'ils ne sont pas encore prêts» à faire les concessions nécessaires.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui soulève de plus en plus d'inquiétudes pour l'économie mondiale, s'est doublée ces dernières semaines d'attaques frontales tous azimuts de l'administration Trump contre les autorités chinoises, accusées pêle-mêle de violations massives des droits de l'Homme, de vols de technologies, de militarisation indue de la mer de Chine du Sud et même d'ingérence dans les élections américaines.

Menu