Actualités

Tensions Canada-États-Unis: un ministre tend la main

Agence QMI

Mercredi, 13 Juin 2018, 17:25

AFP

Un ministre du cabinet de Justin Trudeau a tenté de désamorcer quelque peu les tensions entre le Canada et les États-Unis, notamment en félicitant le président Donald Trump pour son sommet avec Kim Jong-un.

«La rencontre de lundi à Singapour en lien avec la Corée de Nord a un potentiel important pour la paix et la sécurité dans le monde. Et le président doit être félicité pour avoir pris une telle mesure», a lancé le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, en entrevue sur Fox.

«Ça ressemble à un rameau d'olivier tendu», a commenté l'animateur. Ce à quoi le ministre a répliqué que Canada tient à avoir une «relation constructive» avec son voisin du sud.

La relation diplomatique entre les deux pays en a pris pour son rhume au courant du week-end.

Piqué au vif par les propos du premier ministre Justin Trudeau en conclusion du Sommet du G7 dans Charlevoix, le président américain a retiré l'appui des États-Unis au communiqué final de la rencontre par des tweets écrits à bord d'Air Force One. Il a traité au passage M. Trudeau de «faible» et «malhonnête». Il s'en est suivi une pluie d'insultes envers le premier ministre canadien de la part de proche de M. Trump.

Ainsi, un conseiller de la Maison-Blanche s'est excusé mardi d'avoir dit quelques jours plus tôt qu'une «place spéciale en enfer» était réservée pour les gens comme M. Trudeau. Mais le même jour, le président Trump en avait remis en lançant que les critiques émises par M. Trudeau à la fin du G7 allaient coûter «cher» aux Canadiens.

Pas le seul ministre

Si bien que plusieurs ministres doivent eux aussi se rendre aux États-Unis dans les prochains jours.

Au coeur de la dispute: les tarifs et barrières tarifaires entre les deux pays. En entrevue à la télévision américaine, mercredi, le ministre Goodale a d'ailleurs ouvert la porte à la baisse de certains tarifs imposés par le Canada, en réponse à une question sur les produits agricoles.

«Nous avons été très clairs que nous voulons une entente qui fonctionne bien pour tous les partis impliqués et augmente le commerce à travers l'Amérique du Nord», a-t-il dit, à propos de la renégociation de l'ALÉNA.

Il a pris soin de répéter que «nous défendrons les intérêts canadiens et les emplois canadiens». Il a qualifié la stratégie canadienne de «restons calmes, restons concentrés et continuons».

M. Goodale en a profité de ses minutes en ondes pour tenter de convaincre les Américains de l'importance que revêt le commerce entre les deux pays pour eux, ainsi que pour remettre les pendules à l'heure sur certains faits avancés.

Il a par exemple fait valoir que 9 millions d'emplois américains dépendent du commerce entre le Canada et les États-Unis.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu