Actualités

Juifs allemand du MS St-Louis: Trudeau présente des excuses officielles du Canada

Sarah Bélisle

Mercredi, 07 Novembre 2018, 16:15

Photo d'archives, Agence QMI

OTTAWA | Évoquant la honte, la culpabilité collective et un échec humain, Justin Trudeau a présenté ses excuses officielles au nom du Canada aux juifs que le pays a refusé de secourir alors qu'il fuyait le nazisme.

Le premier ministre a conclut son long discours aux Communes par les mots «plus jamais», devant une assemblée de députés solennels aux mines longues.

«De porter une telle haine et une telle indifférence face à des réfugiés, c'est partager la responsabilité morale de leur mort. Bien que des années ont passé depuis que nous avons tourné notre dos aux réfugiés juifs, le temps n'a aucunement absous le Canada de sa culpabilité et diminué le poids de sa honte.»

M. Trudeau s'est excusé du refoulement des quelque 900 juifs allemand à bord du MS St-Louis que le Canada a refusé d'accueillir en 1939. La plupart ont trouvé la mort dans les camps de concentration dans les années suivantes.

«Nous devrions avoir honte de l'histoire du Saint Louis et du mauvais traitement qu'ont subi les juifs avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale», a lancé le premier ministre en Chambre.

Il s'est aussi excusé pour tous les autres juifs qui ont tenté par d'autres moyens de rejoindre le Canada, sans succès.

Le Canada a «failli misérablement», a dit le M. Trudeau. «Il existe peu de doute que notre silence a permis aux Nazis de parvenir à leur "solution finale" à ce qu'ils appelaient le problème juif».

M. Trudeau a servi un avertissement, soulignant que l'anti-sémitisme existe toujours.

Les propos de M. Trudeau ont trouvé écho chez Andrew Scheer, le chef conservateur, et Guy Caron, le leader néo-démocrate en Chambre.

L'histoire du MS Saint-Louis

Le 13 mai 1939, le «MS Saint Louis» a quitté l'Allemagne transportant près de 1 000 passagers, dont 907 Allemands juifs qui cherchaient un refuge pour échapper à la vague d'antisémitisme et à la persécution.

Ils se sont d'abord vus refuser l'entrée à Cuba, premier arrêt du navire, puis à nouveau aux États-Unis et, enfin, au Canada «en raison de notre politique d'immigration discriminatoire ''un, c'est encore trop'' en vigueur à l'époque», a dénoncé le bureau du premier ministre dans un communiqué.

Les réfugiés ont été obligés de retourner en Europe, où bon nombre d'entre eux ont été envoyés dans des camps de concentration. En tout, 254 de ces passagers ont été assassinés durant l'Holocauste.

«Lorsque le Canada a refusé l'asile aux 907 Allemands juifs à bord du «MS Saint Louis», nous avons laissé tomber non seulement ces passagers, mais aussi leurs descendants et leur communauté», a déclaré Justin Trudeau.

«Ces excuses ne pourront pas ramener ceux dont la vie a été volée, ni réparer les vies brisées par cette tragédie. Cependant, nous avons la responsabilité commune de reconnaître cette réalité difficile, d'en tirer des leçons, et de continuer à nous dresser contre l'antisémitisme tous les jours. C'est ainsi que nous donnerons un sens au voeu solennel: "Plus jamais"», a-t-il ajouté.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu