Actualités

70 chiens pris en charge: démantèlement d'une «usine à chiots» à Saint-Gabriel-de-Brandon

Maxime Deland

Mercredi, 11 Octobre 2017, 22:17

COURTOISIE HSI/CANADA

Une simple visite chez une femme soupçonnée d'avoir produit de faux carnets de santé et de vaccination a permis aux policiers de découvrir une véritable «usine à chiots» à l'intérieur de sa résidence insalubre, mercredi matin, à Saint-Gabriel-de-Brandon, dans la région de Lanaudière.

Soixante-dix chiens ont été pris en charge par la SPCA de Montréal. La femme de 44 ans les gardait chez elle et les bêtes étaient destinées à la vente, selon les autorités.

C'est à la suite d'une plainte de l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ) que la Sûreté du Québec (SQ) a ouvert une enquête dans ce dossier.

L'OMVQ aurait signalé à la police qu'une résidente de Saint-Gabriel-de-Brandon vendait des animaux en fournissant à ses clients des carnets de santé et de vaccination contrefaits portant l'attestation de véritables vétérinaires.

«On parle ici de fabrication de documents», a indiqué la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la SQ.

Lorsque les policiers se sont présentés chez la femme visée par la plainte, sur la rue Thérèse, ils ont constaté que la résidence était ni plus ni moins qu'une «usine à chiots».

Plusieurs dizaines de chiens étaient entassés à l'intérieur et l'odeur qui y régnait était infecte, selon nos informations.

Dès lors, une enquête pour cruauté animale a été ouverte et la propriétaire des lieux a été mise en état d'arrestation.

Les pompiers se sont rendus sur les lieux pour vérifier la sécurité de la résidence.

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) a de son côté répertorié 70 chiens, qui ont été pris en charge par la SPCA de Montréal.

Selon la SQ, quatre carcasses de chiens ont été trouvées au sous-sol de la résidence.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu