Actualités

Ajout de 300 autobus d'ici 2020: la STM doit recruter des centaines de chauffeurs

Zacharie Goudreault

Mardi, 09 Janvier 2018, 19:09

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

En confirmant que 300 nouveaux autobus hybrides s'ajouteront à sa flotte d'ici 2020, la Société de transport de Montréal (STM) indique par le fait même qu'elle sera à la recherche de 600 nouveaux chauffeurs.

L'appel d'offres, publié mardi, est réalisé conjointement avec plusieurs sociétés de transport de la province desservant entre autres Saguenay, Longueuil, Laval et Québec. En tout, jusqu'à 1525 autobus pourraient être achetés d'ici 2024.

C'est toutefois Montréal qui bénéficiera du «plus gros des achats prévus», a indiqué en conférence de presse mardi le ministre des Transports du Québec, André Fortin.

Ce dernier n'a pas voulu indiquer quelle part de la facture sera payée par Québec, précisant cependant qu'un programme de la Société de financement des infrastructures locales prévoit une contribution du provincial s'élevant à 85 % du montant total pour certains projets.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, s'est réjouie d'avoir réalisé un de ses engagements phares lors de la campagne municipale, un investissement qui permettra d'«offrir un système de transport en commun plus efficace».

Ajout important

Actuellement, la STM possède 166 bus hybrides pour un total de 1807 autobus. Ce nombre atteindra donc 2107 d'ici la fin de 2020.

«C'est énorme. Ça représente un ajout de 15 % à la flotte de la STM», a indiqué Philippe Schnobb, précisant que ces autobus possèderont des ports USB pour la recharge d'appareils électroniques ainsi que deux places réservées aux personnes en fauteuil roulant.

Facture

En campagne électorale, Valérie Plante avait chiffré cet investissement à 225 millions $, ce qui représente 750 000 $ par autobus, un montant ne tenant pas compte des coûts afférents liés entre autres à l'embauche de 600 nouveaux chauffeurs ainsi que du personnel d'entretien.

Planification

Le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Lionel Perez, accuse l'administration municipale de manquer de planification en ajoutant des autobus sans avoir suffisamment de garages pour les entreposer.

«Il y a un manque à gagner de 300 à 400 espaces pour autobus pour les prochaines années et on n'a pas eu de réponse concrète. Pourquoi ne pas avoir prévu de financement pour un nouveau garage ?» a-t-il questionné.

La fermeture du garage Saint-Denis l'an prochain ne sera d'ailleurs pas compensée à court terme par l'ouverture du centre de transport Bellechasse, prévue pour 2022, prévient le président du syndicat des chauffeurs d'autobus de la STM, Renato Carlone.

«Je ne pense pas qu'on puisse agrandir les centres de transport [existants]. On va devoir en construire de nouveaux, en louer ou en acheter», a-t-il affirmé.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu