Actualités

Mobilité active : une nouvelle association pour le Canal-de-Lachine

Nadia Lemieux

Jeudi, 08 Novembre 2018, 18:53

Nadia Lemieux / Agence QMI

Le cofondateur et porte-parole de l'Association pour la mobilité active du Canal-de-Lachine, Mathieu Murphy-Perron

Une nouvelle association pour la mobilité active représente depuis mercredi les utilisateurs du Canal-de-Lachine et aura comme cheval de bataille l'enjeu du déneigement de la piste cyclable en hiver.

L'Association pour la mobilité active du Canal-de-Lachine a vu le jour mercredi soir, lors d'une réunion à laquelle ont pris part une quinzaine de cyclistes et de piétons qui fréquentent ce parc d'une distance de 13,5 kilomètres.

La création de cette association est une initiative de cyclistes qui plaident depuis quelques années pour le déneigement de la totalité de la piste cyclable du canal en hiver.

« [Le déneigement], c'est notre dada, a admis le cofondateur et porte-parole de l'association, Mathieu Murphy-Perron. Mais ça serait un mensonge de dire que c'est la seule préoccupation de ceux qui utilisent le canal de façon régulière. C'est vraiment pour l'ensemble des personnes qui utilisent ce parc quand même assez génial à l'année. »

L'association espère que des adeptes de ski de fond, planchistes et autres usagers se joindront graduellement à elle pour faire valoir leurs besoins.

L'une de ses orientations majeures sera de mettre la pression sur Parcs Canada, qui administre le lieu historique du canal de Lachine, afin qu'elle consulte annuellement les usagers du parc pour entendre leurs préoccupations et les mettre au fait de ses plans futurs.

Des interlocuteurs multiples

Pour Mathieu Murphy-Perron, le site du canal de Lachine a ses propres enjeux en matière de mobilité active, de sorte que les revendications de ses usagers ne pouvaient pas être simplement prises en charge par une association de piétons et cyclistes de l'arrondissement du Sud-Ouest.

« Le seul axe est-ouest qui est long et qui n'est pas séparé en mille morceaux, c'est le canal, et c'est naturel que si on veut que Montréal se dote d'un Réseau blanc pour que le monde puisse être capable d'utiliser leurs vélos l'hiver, il faut qu'il y ait un axe est-ouest solide », a mentionné celui qui habite Pointe-Saint-Charles.

Pour faire valoir ses intérêts, l'association aura notamment comme défi supplémentaire de s'attaquer à plus d'un interlocuteur : la Ville de Montréal et Parcs Canada.

« Quand il y a une volonté d'un gouvernement municipal de créer un Réseau blanc et qu'un des axes principaux se fait fermer pendant l'hiver à cause du gouvernement fédéral, qui est un peu moins proche de la population, je trouve ça quand même assez enrageant », a lancé M. Murphy-Perron.

L'agente de communications chez Parcs Canada, Audrey Godin-Champagne, a souligné que l'Agence entamera «avec plaisir» les discussions avec les représentants de la nouvelle association, mais elle a précisé que le déneigement de la piste cyclable était un « projet complexe », notamment parce que l'infrastructure n'a pas été conçue pour ce type d'usage.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu