Actualités

L'APCHQ «indignée» par des propos haineux et homophobes visant son porte-parole

Agence QMI

Vendredi, 19 Mai 2017, 16:41

PHOTO FCCQ

MONTRÉAL - L'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) a dénoncé vendredi les propos «haineux et homophobes» faits par des syndiqués de la construction à l'égard de son porte-parole et vice-président Développement stratégique et Communications, François-William Simard.

Dans un communiqué, l'APCHQ s'est dite «préoccupée et indignée» devant cette situation, alors que les esprits s'échauffent dans l'industrie de la construction. Rappelons que l'Alliance syndicale menace de déclencher mercredi prochain une grève générale illimitée.

Selon l'APCHQ, l'orientation sexuelle de M. Simard «a été au centre de certains commentaires».

Sur Facebook vendredi, François-William Simard a dit que la preuve avait été faite qu'il reste encore «beaucoup de chemin à parcourir, même ici au Québec», en ce qui a trait au respect de la différence.

«Au cours des derniers jours, nous avons publié une vidéo dans laquelle j'exprime une position de l'Association face à la grève possible dans l'industrie. De nombreuses personnes ont exprimé leur accord. Il y a aussi des gens qui ont exprimé un point de vue différent, et jusque-là, c'est bien correct. C'est même sain qu'il y ait plusieurs points de vue. Malheureusement, des dizaines de personnes ont tenu des propos homophobes ou haineux à mon égard: "osti de mange marde", [...] "trou de cul", "ferme ta gueule", "criss d'enfant de chienne", "va chier le con". Et j'en passe une bonne centaine. Ces commentaires ont été, pour la plupart supprimés», a-t-il raconté sur le réseau social.

M. Simard s'inquiète notamment pour ses proches qui pourraient être touchés par tous ces commentaires, dont son fiancé. «C'est ce qui m'enrage plus que tout», écrit-il.

«En passant, des gais, il y en a dans tous les secteurs de la société, y compris dans l'industrie de la construction. En m'insultant, c'est aussi des collègues que ces travailleurs ont insultés. "Parce que nous sommes en 2015": Justin Trudeau a prononcé cette phrase maintenant célèbre pour parler de l'égalité homme femme. Alors à ceux qui ont tenu ces propos haineux et homophobes, j'ai le goût de vous dire: "Réveillez-vous. Grandissez. Évoluez. Parce que nous sommes en 2017!" Peace».

Son employeur a apporté son soutien à M. Simard. «Nous sommes au Québec en 2017 et toute forme d'intimidation est inacceptable dans une société comme la nôtre. Je condamne avec vigueur les propos tenus et je demande aux représentants syndicaux de les dénoncer à leur tour. Je leur demande également de rappeler à l'ordre leurs membres alors que nous sentons une certaine agitation et une tension à l'approche de la grève», a dit Luc Bélanger, le président-directeur général de l'APCHQ.

«Ce que je déplore, c'est que ces propos proviennent de quelques dizaines de travailleurs qui, en agissant de la sorte, nuisent à la réputation de l'ensemble des travailleurs de notre industrie», a ajouté M. Bélanger.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu