Actualités

Le temps presse pour les anciennes fortifications

Stéphanie Martin

Mardi, 06 Novembre 2018, 10:06

Photo Simon Clark

Une bâche a été installée pour protéger les fortifications qui ont été dégagées du sol.

Le temps presse pour l'ancienne fortification qui a été découverte dans le Vieux-Québec. C'est une question d'heures pour assurer sa préservation.

Les archéologues et restaurateurs du ministère de la Culture ont présenté mardi la très importante découverte archéologique qui a été faite il y a deux semaines dans le Vieux-Québec.

Les deuxièmes fortifications de Québec, datant de 1693, ont été retrouvées dans un état de conservation remarquable, ce qui constitue une découverte archéologique majeure.

C'est la construction de condos derrière la chapelle de la rue Sainte-Ursule qui a mené à cette trouvaille.

Cette fortification, appelée l'enceinte de Boisberthelot de Beaucours, était en fait le deuxième ouvrage défensif construit dans la Vieille Capitale.

Un ouvrage unique en Amérique du Nord et peut-être même en Europe, ont exposé les experts du Ministère.

«C'est quelque chose d'unique qu'on a», s'est réjoui Vincent Lambert, archéologue Ruralys. «C'est la première fois qu'on a une structure de rempart de terre palissadé.»

Maintenant, il faut protéger ces vestiges et le temps presse. Parce qu'après 325 ans dans des conditions qui ont favorisé sa conservation, dans un sol argileux, les pièces de bois sont maintenant exposées à l'oxygène, ce qui accélère rapidement sa dégradation, a expliqué André Bergeron restaurateur du centre de conservation du Québec ministère de la Culture et des communications.

M. Bergeron surveille attentivement les conditions météo, «aux cinq minutes», parce qu'il faudra agir avant le gel ou encore protéger du froid dans un abri les fondations.

«Il est minuit moins une. Notre objectif est de finir avant la fin novembre», a ajouté Isabelle Lemieux, directrice de l'archéologie du Ministère.

Il faudra retirer les pièces une à une. Le très fragile panneau de palissade de 6,4 mètres sera rapidement transporté pièce par pièce dans un local sécurisé pour éviter sa détérioration «C'est tout un défi». «Ça se minute en heure», a ajouté M. Bergeron. «J'étais très surpris d'entendre un élément de préservation du bois dans le Vieux Québec!», s'est enthousiasmé M. Bergeron, qui a expliqué qu'à cause de la nature des sols, rien d'organique ne peut être préservé aussi longtemps en temps normal.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu