Sommeil lourd ou léger, une histoire de gènes et d'âge

Cover Media

Vendredi, 07 Avril 2017, 12:25

Photo Fotolia

Vous êtes du genre à vous endormir comme une enclume ou bien à tourner dans votre lit pendant des heures avant de trouver les bras Morphée? D'après une étude menée par des chercheurs de l'Université d'État de Washington, ce sont nos gènes qui sont à l'origine des perturbations de nos cycles de sommeil.

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs se sont penchés sur le gène FABP7 présent chez les mouches, les souris et les humains. Quand ce dernier est intact ou non muté, il permet un endormissent rapide et un sommeil de meilleur qualité. Mais s'il est dégradé, il perturbe alors notre endormissement et rend le sommeil bien plus léger.

«C'est la première fois que nous découvrons un point commun entre différentes espèces sur un comportement aussi complexe que le sommeil», a indiqué le responsable de l'étude, le docteur Jason Gerstner.

Dans une étude séparée menée par l'Université de Berkeley en Californie, les scientifiques ont aussi découvert que l'âge ne change pas vraiment le besoin de sommeil, contrairement à ce qu'une majorité de personne semble croire. En effet, si l'on croit que les personnes âgées fonctionnent mieux avec moins de sommeil que les jeunes générations, il s'avère qu'elles souffrent bien de la diminution de leur cycles de sommeil.

«On a un débat dans la littérature scientifique pour savoir si les adultes âgés on besoin de moins de sommeil ou s'ils ne peuvent pas générer autant de sommeil qu'ils le désirent, explique le professeur Matthew Walker, responsable de l'étude. Les preuves semblent montrer que les personnes âgées souffrent bien d'un manque de sommeil généré par la vieillesse.»

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu