Une nouvelle maman meurt lors d'une chirurgie esthétique controversée

Agence QMI

Lundi, 20 Mars 2017, 12:05

Photo Gofundme

Ranika Hall avait 25 ans.

Une jeune femme insatisfaite de l'apparence de son corps après sa grossesse est morte après s'être prêtée à une chirurgie jugée dangereuse, dans une clinique controversée de la Floride.

Quand Ranika Hall, 25 ans, a annoncé à sa famille qu'elle s'envolerait pour la Floride afin de recevoir un «lifting des fesses brésilien», appelé en anglais «Brazilian butt lift», sa famille a tout tenté pour l'en dissuader.

Mais la nouvelle maman, insatisfaite de son corps après une première grossesse, a ignoré les conseils de ses proches, a rapporté la chaîne NBC Miami.

«J'ai essayé de la raisonner, j'ai vraiment tout essayé», a raconté sa mère, Nicole Hall. «Ses sœurs et ses frères ont aussi tenté de lui parler.»

La femme du Missouri est la deuxième patiente à mourir en moins d'un an à la clinique Eres Plastic Surgery, à la suite de cette chirurgie très controversée, a indiqué le New York Daily News.

La femme avait pris rendez-vous dans cette clinique de Floride, là où Heather Meadows, 29 ans, avait perdu la vie dans des circonstances similaires.

Cette clinique est connue pour ses interventions décevantes pour les patients, dont certains ont subi de graves blessures, selon des enquêtes.

Jeudi dernier en soirée, Ranika Hall a perdu connaissance et a arrêté de respirer, a indiqué la police. Elle a été déclarée morte à l'hôpital vers 22 h.

«C'est très difficile pour moi à accepter, ajoute la maman de la victime. C'est incroyable, j'ai l'impression que ce n'est pas vrai, que ça ne peut pas arriver.»

Une procédure risquée

La procédure appelée «Brazilian butt-lift» utilise la liposuccion pour retirer le gras de certaines parties du corps et pour le réinjecter dans le fessier.

Selon le site web de la clinique Eres Plastic Surgery, l'intervention coûte 3500 $ et inclut 12 zones de liposuccion.

La cause de la mort d'Heather Meadows est le blocage des artères par des caillots de gras, avait conclu le rapport du coroner.

La clinique a publié un communiqué de presse vendredi en faisant part de ses condoléances à la famille.

La famille de Ranika Hall a mis en place une page de sociofinancement afin de payer le rapatriement du corps au Missouri, et pour payer les frais funéraires.

Menu