Maladies cardio-vasculaires encore sous-estimées chez les femmes

RelaxNews

Vendredi, 07 Avril 2017, 13:49

Photo Fotolia

Les maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité des femmes dans le monde, sont encore sous-estimées, notamment la méconnaissance de certains facteurs de risque, selon une étude Opinionway, dévoilée ce vendredi.

Près de la moitié des femmes (42%) en bonne santé considèrent que le cancer du sein est plus meurtrier que les maladies cardiovasculaires, selon une étude Opinionway qui a interrogé 1276 femmes, dont 276 victimes de maladies cardiovasculaires.

Autre idée reçue révélée par l'étude : 25% des femmes pensent que les hommes sont davantage touchés par ces pathologies. Un chiffre qui tombe à 13% chez les femmes interrogées malades.

En France, les infarctus chez les femmes de moins de 50 ans ont triplé ces 15 dernières années. Bien que le nombre de personnes hospitalisées pour un infarctus du myocarde entre 2002 et 2008 a baissé dans toutes les classes d'âges chez les hommes (‐ 8,2% de 45 à 54 ans), il a progressé chez les femmes de 17,9% de 45 à 54 ans.

De même, les périodes «sensibles» comme la contraception, la grossesse ou la ménopause sont sous-estimées, y compris chez les femmes victimes de maladies cardiovasculaires qui attribuent la survenue des pathologies à un âge spécifique. Après 35 ans pour ces dernières, contre 50 ans pour les femmes en bonne santé.

Diabète et antécédents personnels, facteurs de risque les plus sous-estimés

L'hypertension (55% et 59%), l'obésité (53%) et le tabac (49% et 52%) sont les principaux facteurs de risques d'un accident cardiovasculaire pour une femme cités par les deux groupes de femmes.

En revanche, le diabète semble être un facteur de risque majeur non connu. Les antécédents familiaux et personnels (31% et 30%) sont sous-évalués tout comme l'importance des effets de l'alcool (21% et 17%) et de la pilule (13% et 18%).

Interrogés sur les moyens de prévention, les bons comportements semblent bien repérés: faire de l'exercice physique (73%), exclure le tabac (71%), manger équilibré (62%) sont les actions les plus citées, devant le suivi chez un spécialiste qui arrive en 5e position (37%), alors que ce chiffre passe à 43% (en 4e position) chez les femmes concernées par ces maladies.

En janvier dernier, l'Association de cardiologie américaine a préconisé un contrôle chez les jeunes femmes dès l'âge de 20 ans, devant le jugement non nécessaire de faire des examens avant 41 ans chez plus de la moitié des Américaines.

Les maladies cardiovasculaires sont à l'origine de 28% des décès en France, soit près de 150 000 décès chaque année.

Méthodologie: l'enquête a été réalisée par OpinionWay pour le compte de Visiomed du 8 au 15 mars 2017 auprès d'un échantillon national représentatif de 1000 femmes âgées de 18 ans et plus, et d'un échantillonnage supplémentaire de 276 femmes souffrant de maladies cardiovasculaires. Les témoignages ont été recueillis par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (interviews assistées par ordinateur).

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu