Santé

«Les enfants autistes sont des humains» - Mathieu Gratton

Agence QMI

Lundi, 10 Avril 2017, 12:00

Photo Archives / Agence QMI

Mathieu Gratton et son fils Benjamin.

«Les enfants autistes sont des humains et sont parmi nous. On n'a pas à les cacher»: c'est le message porté par l'humoriste et auteur Mathieu Gratton après la diffusion de sa vidéo virale où il interpellait la population pour le mois de l'autisme.

Il a tenté d'expliquer que les enfants atteints du syndrome d'Asperger ne représentent pas tous les autistes, bien au contraire. «Il y a plusieurs parents qui m'ont interpellé sur Facebook pour parler de leur enfant et non seulement ceux qui sont atteints d'Asperger».

«Chaque sortie est un gros défi. Que ça soit un restaurant ou TVA, c'est un stress pour des parents qui ont des enfants en difficulté», dit-il, accompagné de Béatrice, une adolescente de 16 ans qui est autiste.

Père de Benjamin, atteint d'autisme, Mathieu Gratton ne voulait rien dénoncer, mais faire un bout de chemin collectivement sur l'acceptation des différences.

«Je compare ça à un bateau. Il y a des enfants qui ont le potentiel de devenir des capitaines, ça ne veut pas dire que les autres doivent rester dans la cale du bateau», dit-il aux parents et à ceux qui désirent avoir des enfants.

Le porte-parole de l'organisme Les Répits de Gaby, qui vient en aide aux parents qui ont besoin d'une pause, rappelle qu'un enfant sur 68 reçoit un diagnostic d'autisme.

«J'ai la "chance" d'avoir un garçon qui n'a pas demandé des répits, mais j'ai croisé des enfants dans des activités scolaires ou à l'ergothérapie. Quand tu as un enfant neurotypique, il te faut une petite pause, mais quand tu as un enfant autiste avec déficience intellectuelle en plus, juste pour le bien du couple et pour l'enfant, tu es ressourcé avec Les Répits de Gaby».

L'humoriste indique qu'il implique son fils dans ses vidéos, sans qu'il le sache.

«Il me donne un coup de main pour sensibiliser les autres. Il a du potentiel et des limites. Mes conversations sont à sa façon. Je suis heureux de le voir interagir avec d'autres enfants. Il a de l'empathie. Il communique d'une façon. Il a une connexion», souligne M. Gratton.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu