Crise des opiacés: moins de 100 morts mensuels pour la première fois depuis neuf mois

Agence QMI

Sunday, September 10, 2017, 3:23 PM

VANCOUVER | Moins de 100 personnes ont perdu la vie en raison d'une surdose de drogue en juillet en Colombie-Britannique, une première en neuf mois.

Au total, 91 personnes ont été victimes d'une surdose mortelle en juillet, montrent les données compilées par le bureau du coroner de la province.

Il faut remonter à octobre 2016 pour trouver un mois où moins de 100 personnes avaient perdu la vie en raison d'une surdose. La crise avait atteint son pic en décembre, avec 161 morts.

Malgré cette amélioration, 876 personnes sont décédées des suites d'une surdose du 1er janvier au 31 juillet 2017, contre 482 au cours de la même période en 2016. Il s'agit d'une augmentation de près de 82 % du nombre de victimes.

En comparaison, 978 consommateurs avaient péri en 2016.

En 2017, plus de quatre victimes sur cinq sont des hommes (82,2 %), ont indiqué les autorités, en précisant de 73,6 % des victimes sont âgées entre 30 et 59 ans.

Des traces de fentanyl, un opiacé 40 fois plus puissant que l'héroïne ont été retrouvés dans les organismes de 81 % des victimes. «Dans la majorité des décès sur lesquels nous enquêtons, nous détectons du fentanyl avec d'autres drogues. Cette réalité pose de sérieux défis aux utilisateurs de drogues illicites», a expliqué aux médias la coroner en chef, Lisa Lapointe.

En 2016, le fentanyl avait été lié à 67 % des décès en Colombie-Britannique, contre 29 % en 2015.

Longtemps anticipé, le problème du fentanyl a commencé au Québec, la drogue ayant notamment fait son entrée sur le marché montréalais. Le mois dernier, 12 personnes sont mortes d'une surdose de fentanyl à Montréal.

Menu