Santé

Les diabétiques tiennent à leur crédit d'impôt

Agence QMI

Dimanche, 22 Octobre 2017, 22:01

Photo Fotolia

Le Parti conservateur du Canada s'est joint à Diabète Canada pour dénoncer le fait que de plus en plus de diabétiques n'aient plus droit au crédit d'impôt pour personnes handicapées.

Selon Diabète Canada, l'Agence du revenu a refusé sans preuve ce crédit d'impôt à des citoyens atteints du diabète du type 1 parce que leur thérapie n'aurait pas atteint la barre des 14 heures par semaine, même si leur médecin prétend le contraire.

«Ce gouvernement cible les personnes vulnérables souffrant de diabète avec une augmentation d'impôt de milliers de dollars. Notre message au premier ministre est simple : respectez la loi et les certifications des médecins qui prouvent que ces personnes sont admissibles en vertu des règles», a déclaré le député conservateur Pierre Poilièvre, dimanche, par communiqué.

De son côté, le bureau de la ministre du Revenu national affirme avoir entendu les préoccupations des diabétiques. Il dit également vouloir assurer un suivi auprès de l'Agence du revenu du Canada parce que l'un des objectifs du gouvernement Trudeau est de rendre le plus accessible possible ce crédit d'impôt.

Une aide salutaire

Avoir le diabète, c'est prendre beaucoup de temps en rendez-vous chez le médecin de famille ou chez un endocrinologue, comme l'explique Claudia Houle, atteinte du diabète de type 1, en entrevue à TVA Nouvelles.

«Je ne peux pas calculer à combien de rendez-vous j'ai été dans les deux derniers mois. C'est énorme. Un rendez-vous d'une demi-heure avec un médecin, on s'entend que ça prend une heure y aller, une heure revenir et trois heures d'attente. C'est une demi-journée facilement qui est perdue pour un petit rendez-vous.»

Chaque mois, Mme Houle doit débourser au moins 400 dollars pour ses pompes à insuline et autres médicaments.

«Je pense que ces crédits d'impôt viennent apporter une espèce de petite aide. Oui, le quotidien est plus compliqué, mais l'aspect financier devient un peu plus léger», a mentionné Valérie Savard, diététiste-nutritionniste à Diabète Québec.

Le crédit d'impôt peut leur permettre parfois d'économiser des milliers de dollars par année, mais les règles seraient plus sévères.

Plus 250 000 Canadiens souffrent du diabète de type 1.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu