Santé

La pollution atmosphérique aurait un impact sur la santé mentale

Agence QMI

Samedi, 04 Novembre 2017, 18:09

Photo Archives / AFP

WASHINGTON | Selon une nouvelle étude produite par l'Université de Washington, les risques de détresse psychologique augmenteraient avec la quantité de pollution présente dans l'air.

«Les effets de la pollution atmosphérique sur la santé cardiovasculaire et sur les maladies pulmonaires comme l'asthme sont bien établis. Par contre, son impact sur la santé du cerveau constitue un nouveau champ de recherche», a expliqué Anjum Hajat, aide-professeure en épidémiologie à l'École de santé publique de l'Université de Washington.

Publiée dans l'édition de novembre du journal «Health & Place», l'étude indique que la pollution atmosphérique peut générer certains changements de comportement. Elle inciterait notamment les gens à passer moins de temps à l'extérieur et à opter pour un mode de vie plus sédentaire, lequel est plus susceptible de créer de la détresse psychologique et de l'isolation sociale.

À l'aide de données obtenues auprès de 6000 répondants, l'étude a examiné le lien entre la toxicité de l'air et la santé mentale. Les chercheurs ont d'abord isolé une particule émise par les moteurs, les feux de foyer, les fours à bois et les centrales électriques alimentées au charbon et au gaz naturel.

Ils ont ensuite remarqué une corrélation entre la présence dans l'air de cette particule et le taux de détresse psychologique des personnes qui y sont exposées. Dans les endroits où on la retrouvait en plus grande quantité, la détresse psychologique était 17 % plus élevée.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu