Santé

Deux fois moins d'opioïdes d'ordonnance au Québec que partout ailleurs au Canada

Agence QMI

Mercredi, 22 Novembre 2017, 07:16

OTTAWA | Les données amassées par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) entre 2012 et 2016 dévoilent que les Québécois consomment deux fois moins d'opioïdes d'ordonnance que partout ailleurs au pays.

L'ICIS a publié, mercredi, son rapport sur les «Tendances pancanadiennes en matière de prescription d'opioïdes de 2012 à 2016» et les chiffres sont éloquents.

Le nombre de doses thérapeutiques quotidiennes (DTQ) d'opioïdes par 1000 habitants était de 3697 au Québec, en 2016, alors que la moyenne canadienne est de 6246.

La Colombie-Britannique a été la seule autre province à se situer sous la moyenne du pays avec un total de DTQ de 5538.

Terre-Neuve-Labrador est la province où l'on a prescrit le plus d'opioïdes l'année dernière avec 8159 de DTQ. L'Alberta a suivi pas très loin derrière avec 8006.

Les opioïdes (ex. la codéine, l'oxycodone, la morphine et le fentanyl) sont utilisés pour soulager la douleur et peuvent entraîner une dépendance.

Plus d'ordonnances, mais la quantité est moindre

L'ICIS a noté une hausse du nombre d'ordonnances au pays, mais une baisse de la quantité d'opioïdes délivrés.

Le nombre de DTQ a chuté d'un peu moins de 5 % tandis que le nombre total d'ordonnances a augmenté de presque 7 %.

«Bien que ces indicateurs soient très généraux, une baisse de la quantité totale d'opioïdes prescrits accompagnée d'une hausse du nombre d'ordonnances correspond au genre de situation que nous souhaitons voir», a mentionné le docteur Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse.

À la mi-septembre, l'Agence de la santé publique du Canada soulignait dans son rapport qu'il y avait eu plus de 2800 décès au Canada liés à la surdose d'opioïdes.

«Les données sur les décès par surdose doivent être étudiées, mais il ne s'agit que d'une pièce du casse-tête, a-t-il ajouté. Nous devons aussi examiner les données sur les opioïdes que l'ICIS nous fournit pour obtenir un portrait d'ensemble.

«Les données sur les ordonnances, les hospitalisations et les visites à l'urgence donnent des signaux d'alarme dont nous devons tenir compte.»

Plus d'opioïdes puissants

Dans ce rapport de l'ICIS, on peut par contre constater que les ordonnances d'opioïdes plus puissants (l'hydromorphone, la morphine, le fentanyl, l'oxycodone, la codéine et la tramadol) ont subi une croissance marquée de 9,7 % au cours de cette période.

«Nous devons reconnaître que c'est une question d'équilibre. Nous essayons de réduire la prescription d'opioïdes en général, mais certaines personnes sont dépendantes aux opioïdes puissants depuis un bon moment. La situation ne changera pas du jour au lendemain», a poursuivi le docteur Strang.

Le fentanyl est l'opioïde qui a retenu le plus l'attention au cours des dernières années en raison du nombre de décès relié à sa consommation, mais parmi les opioïdes les plus puissants son nombre d'ordonnances a diminué de 7 % comparativement à une augmentation de 19 % pour les autres.

«Je pense que ces chiffres démontrent que le fentanyl que consommeraient les Canadiens provient peut-être davantage de sources illicites que d'ordonnances», a mentionné Michael Gaucher, directeur des Services d'information sur les produits pharmaceutiques et de la main-d'oeuvre de la santé à l'ICIS.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu