Santé

Elle donne son rein à son conjoint, un grand geste d'amour

Agence QMI

Lundi, 19 Mars 2018, 14:57

Photo Fotolia

MONTRÉAL - C'est l'un des plus grands gestes d'amour qui soient: donner un rein pour prolonger la vie de quelqu'un et lui éviter la dialyse. Nathalie Côté l'a posé pour son conjoint, vendredi, à Montréal.

Le couple s'est rendu très tôt à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont, où s'est déroulée la chirurgie. Sur place, deux chirurgiens ont travaillé sans relâche pendant quatre heures pour prélever le rein de la donneuse. Il faut dire qu'il s'agit d'une opération de grande précision qui nécessite l'utilisation d'un laparoscope, un appareil optique de quelques millimètres de diamètre qui est introduit dans le ventre.

Une fois le rein prélevé, les spécialistes l'ont placé dans la glace, sous perfusion. Rapidement, le receveur est arrivé en salle d'opération pour se faire greffer l'organe. L'opération a duré entre deux et trois heures.

Annuellement, l'hôpital Maisonneuve-Rosemont réalise environ cinq à six greffes de rein entre donneurs apparentés.

Se voir offrir un tel don est un cadeau du ciel qui peut toutefois être difficile à accepter. Bruce Arsenault, le conjoint de Nathalie Côté, a d'ailleurs cherché à refuser cette offre. «J'ai dit "non" parce que je me disais "si elle a un problème, je ne veux pas qu'elle se ramasse dans la même situation que moi". Mais [les médecins] nous ont expliqué qu'une personne de 50 ans qui ne boit pas, qui ne fume pas, qui est quand même en santé et qui a un travail pas trop exigeant est une candidate parfaite», a-t-il relaté.

Pour Mme Côté, c'était tout naturel de proposer un rein à son conjoint. «Je me dis que dans la vie, on a un chemin de tracé. Je pense qu'on s'est croisés pour quelque chose, on va se suivre là-dedans et ça va continuer», a-t-elle confié.

Ce don sera grandement bénéfique pour M. Arsenault, qui n'aura plus à aller en dialyse trois fois par semaine. «Il va se sentir beaucoup mieux en termes de qualité de vie et il peut retourner au travail», a expliqué le Dr Gabriel Chan, un chirurgien spécialisé en greffe rénale.

Contacté par TVA Nouvelles lundi matin, le couple a dit se porter bien.

Les nouvelles sont également bonnes pour l'ensemble des patients en atteinte d'un rein, puisque le temps d'attente s'est considérablement réduit en cinq ans. De 1220 jours en 2012, il a chuté jusqu'à 493 jours l'an dernier.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu