Santé

Deux «sit in» en deux jours aux soins intensifs de l'hôpital de Granby

Shanny Hallé

Mardi, 27 Mars 2018, 14:19

Photo Fotolia

GRANBY - Ça va de mal en pis aux soins intensifs de l'hôpital de Granby. Les infirmières ont fait un deuxième «sit in» (arrêt de travail spontané) en deux jours, mardi, pour dénoncer leurs conditions de travail.

Les infirmières du quart de jour sont restées à la maison lundi et mardi matins, et ont refusé de rentrer travailler tant que l'équipe de travail n'était pas complète.

Le syndicat et la direction ont dû s'asseoir à deux reprises pour trouver rapidement des employés pour combler le manque.

Une situation qui ne s'améliore pas...

En 2013, un poste de soir a été fermé aux soins intensifs de l'hôpital de Granby. Une mesure qui n'est pas concluante puisque depuis, on observe une hausse des congés de maladie, des absences et aussi des horaires de travail trop souvent incomplets. Par exemple, pour le quart de travail de la nuit de mardi, il manquait deux infirmières sur trois.

À bout de souffle, elles doivent combler pour le manque de personnel récurrent et faire régulièrement du temps supplémentaire obligatoire.

Des sanctions pour les infirmières?

Les infirmières pourraient être réprimandées pour le «sit in» de mardi matin, ou avoir une note à leur dossier de la part de leur employeur.

Les autorités de la santé ont dit être au fait du problème de manque de personnel aux soins intensifs, et ont précisé que d'autres équipes vivent une situation semblable.

La direction a ajouté vouloir être proactive et est déjà en train de planifier les vacances en vue de la saison estivale.

Une rencontre est prévue jeudi entre la FIQ et la direction. Le syndicat réclame des mesures pour améliorer les conditions de travail, entre autres du personnel formé et disponible pour travailler aux soins intensifs de l'hôpital de Granby.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu