Santé

Dur de vivre avec la maladie de Lyme

Agence QMI

Mardi, 01 Mai 2018, 15:47

Photo Agence QMI

La maladie de Lyme, qui ne cesse de gagner du terrain en Estrie, cause de nombreux symptômes à une jeune femme de Magog qui peine à vivre une vie normale.

Nadia Labbé, 22 ans, s'est fait piquer par une tique infectée alors qu'elle prenait part à un voyage humanitaire en Europe centrale, en 2013. Peu après son retour au Québec, elle a commencé à ressentir des symptômes de la maladie. Cependant, il lui a fallu rencontrer de nombreux spécialistes avant de se voir diagnostiquer la maladie de Lyme.

La jeune femme trouve particulièrement difficile de se sentir impuissante face à la maladie. «Mes symptômes n'ont cessé de croître [...]. Ils peuvent être tellement intenses que, certains jours, je demeure aliter plusieurs heures durant, m'empêchant d'accomplir même de banales tâches», a expliqué Mme Labbé à TVA Nouvelles.

Nadia Labbé éprouve notamment de la fatigue, de la fièvre et des courbatures musculaires. Sa douleur est telle qu'elle a dû mettre de côté temporairement ses études en soins infirmiers.

Un diagnostic posé rapidement est essentiel pour amoindrir les syndromes de la maladie de Lyme, les symptômes devenant de plus en plus intenses si elle n'est pas traitée rapidement, a expliqué la directrice de la Santé publique en Estrie, Dre Mélissa Généreux.

«C'est sûr qu'il y a eu des cas où la maladie a été diagnostiquée plus tard, mais ce n'est pas la majorité des cas en Estrie», a ajouté Dre Généreux.

Dans la province, c'est en Estrie que les Québécois sont les plus susceptibles de se faire piquer par une tique infectée. Quelque 120 cas ont été recensés dans la région en 2017, contre 74 en 2016. Le nombre de cas de maladie de Lyme a bondi de 166 % à la grandeur de la province.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu