Santé

Démence chez les aînés: un aidant naturel sur deux souffre de détresse psychologique

Agence QMI

Mardi, 26 Juin 2018, 06:29

Photo Fotolia

OTTAWA | Un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) démontre que près d'un aidant naturel sur deux oeuvrant auprès d'une personne atteinte de démence souffre de détresse psychologique.

Selon le rapport «La démence au Canada», 45 % des aidants naturels auprès des aînés atteints de démence présentent des symptômes de détresse. Ce taux est deux fois plus élevé par rapport à celui qui prévaut chez les autres aidants naturels (26 %) au pays.

L'ICIS prévient par ailleurs qu'un aidant naturel sur cinq (21 %) oeuvrant auprès de la clientèle souffrant de démence ne se sent pas en mesure de continuer son travail d'accompagnement. Ce taux est de 12 % pour les autres aidants naturels.

«Les personnes atteintes de démence, et dans une certaine mesure leur famille, ont parfois l'impression d'être invisibles, a indiqué Catherine Ann, une aidante naturelle citée par l'ICIS. Les gens ont du mal à composer avec leur embarras et leur chagrin. Nous devons bâtir des collectivités fortes qui aident les gens à demeurer à la maison le plus longtemps possible, au sein de leur famille.»

Les membres de la famille sont par ailleurs la plupart du temps ceux qui prennent le rôle d'aidant naturel, en particulier les enfants (58 %) et les conjoints (32 %). Les personnes âgées atteintes de démence demandent aussi davantage d'heures de soins par semaine de la part de leurs aidants naturels, soit 26 heures au lieu de 17 heures pour celles qui n'en sont pas atteintes.

Les médecins mal préparés

Le rapport démontre également que seulement deux médecins canadiens sur cinq (41 %) se sentent aptes à gérer les soins à prodiguer à leurs patients aînés souffrant de démence.

«Non seulement on dispense des soins médicaux, mais on prend aussi soin de la famille, a expliqué le Dr Nicholas Pimlott, médecin et chercheur participant à l'étude. Mais lorsqu'on arrive à le faire, et à bien le faire, cela fait une énorme différence pour les patients et leur famille.»

Dans une comparaison avec neuf autres pays, le Canada se classe avant-dernier, devant les États-Unis (38 %) et ex aequo avec la Nouvelle-Zélande. En Norvège, 70 % des médecins s'estiment aptes à offrir ce type de soins.

Entre 2002 et 2013, le nombre de personnes âgées atteintes de démence a augmenté de 83 %, avec 76 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année au Canada, selon l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

Les faits saillants du rapport

45 % des aidants naturels auprès d'aînés atteints de démence vivent de la détresse psychologique

Les enfants et les conjoints des aînés atteints de démence comptent respectivement pour 58 % et 32 % des aidants naturels

Les aidants naturels auprès d'aînés atteints de démence fournissent 9 heures de soins de plus par semaine (26 heures contre 17 heures)

61 % des aînés atteints de démence vivent à la maison

Les aînés atteints de démence passent plus de temps à l'urgence, ont des taux d'hospitalisation plus élevés et subissent plus de préjudices à l'hôpital

2 médecins sur 5 se sentent prêts à gérer les soins aux patients atteints de démence

Les aînés atteints de démence sont moins nombreux à recevoir des soins palliatifs et de fin de vie

Le taux d'hospitalisation des aînés atteints de démence après une chute est de 23 % plus élevé chez ceux vivant dans un quartier à faible revenu que ceux vivant dans un quartier aisé

Seulement 3 % des personnes atteintes de démences sont diagnostiquées avant 65 ans

Source: ICIS

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu