Santé

Des reproductions réalistes d'organes génitaux

Nadia Lemieux

Mercredi, 15 Août 2018, 20:37

NADIA LEMIEUX/24 HEURES/AGENCE QMI

Une Montréalaise veut contribuer à rendre l'éducation sexuelle plus inclusive en étant la première à commercialiser des supports pédagogiques moulés sur humains, représentant la diversité des organes génitaux.

Dans le sous-sol de Magaly Pirotte, qui a lancé le projet SEX-ED +, il y a moins d'un an, les tables remplies de reproductions d'organes génitaux confectionnés en silicone attirent tout de suite l'attention.

Des clitoris entiers grandeur nature (avec la partie interne) et des pénis au repos ou en érection, mais également des vulves changées par les effets de la testostérone ou résultantes d'une vaginoplastie font partie des outils pédagogiques fabriqués par Mme Pirotte, à partir de moulages sur des humains volontaires.

Après avoir constaté que les professionnels de la santé et de l'éducation sexuelle ne disposaient d'aucun modèle pédagogique adéquat et près de la réalité pour aborder les anatomies génitales, Magaly Pirotte, une travailleuse communautaire, a décidé de remédier elle-même à cette situation.

Les représentations disponibles sont souvent anciennes et peu réalistes.

Mme Pirotte fait aussi valoir que les représentations d'organes génitaux «cisdyadiques», c'est-à-dire qui appartiennent à des personnes qui sont ni trans ni intersexuées, permettent de donner une idée réaliste de leur variété.

«Une des chirurgies plastiques qui est le plus en augmentation, c'est la chirurgie des lèvres internes parce que les gens sont complexés par l'apparence de leur vulve, explique-t-elle. Mais la plupart des gens n'ont pas d'idée réaliste de ce à quoi une vulve ressemble parce que, souvent, les seuls modèles que t'as viennent de la porno. Donc on est très peu exposés à la diversité. »

Les représentations de génitalités de personnes intersexuées, c'est-à-dire qui dérogent d'une norme attendue, ou de femmes ayant subi une excision sont aussi des outils pouvant être utiles aux professionnels de la santé qui oeuvrent auprès d'elles.

«C'est un outil génial, lance Mme Pirotte. Si t'es dans une clinique qui fait des opérations pour les personnes trans, c'est hyper important de pouvoir leur montrer à quoi s'attendre et c'est quoi les résultats de cette opération. »

Réponse positive

Une dizaine d'organisations se sont déjà procuré des outils pédagogiques en prévente, comme des professionnels en reconstruction génitale à Paris, une école de Brooklyn et des hôpitaux universitaires à Genève.

À Montréal, les organismes L'Anonyme, Stella, À 2 mains et le Centre de santé des femmes bénéficieront également des reproductions de Mme Pirotte.

Mercredi marquait la fin de la campagne de sociofinancement de SEX-ED + sur la plateforme Ulule. Plus de 6600 $ ont été amassés sur un objectif de 5000 $, ce qui lui permettra d'acheter le matériel nécessaire pour lancer officiellement ses ventes.

Dès septembre, les professionnels des milieux de la santé et de l'éducation pourront donc acheter ces outils pédagogiques.

«J'ai le planning familial de l'Oregon qui m'a écrit cette semaine, des sexologues et des chercheurs aussi. C'est vraiment hyper hyper diversifié parce que ça peut servir à tout un tas de contextes.»

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu