Santé

La Société Alzheimer du Canada se dote d'une Charte

Agence QMI

Mercredi, 05 Septembre 2018, 11:07

Photo Fotolia

TORONTO - La Société Alzheimer du Canada a rendu publique, mercredi, la toute première Charte canadienne des droits des personnes atteintes de maladies neurodégénératives, rédigée par et pour des personnes atteintes d'une maladie cognitive.

Dans un communiqué publié mercredi matin, l'organisme a indiqué que «ce document historique» a pour objectif, notamment, d'aider les personnes atteintes d'une maladie neurodégénérative ainsi que leur famille, à affronter les situations où elles subissent une stigmatisation ou une discrimination.

«La Charte habilite les Canadiens touchés par une maladie cognitive à se défendre, tout en garantissant également que les personnes et les organismes qui les soutiennent connaissent et protègent leurs droits», peut-on lire dans le document.

«Nous savons tous que trop bien que les Canadiens touchés par une maladie cognitive continuent de faire face à des obstacles culturels, sociaux et économiques qui les empêchent de revendiquer ces droits. Bon nombre d'entre eux doivent alors affronter des attitudes discriminatoires, un isolement et des traitements qui contreviennent à leurs droits les plus fondamentaux en tant qu'êtres humains», a déclaré Pauline Tardif, chef de la direction de la Société Alzheimer du Canada.

La Charte définit ainsi sept droits:

-Ne pas subir de discrimination, quelle que soit sa forme;

-Bénéficier de tous les droits civiques et juridiques du Canada;

-Participer à l'élaboration et à la mise en oeuvre de toute politique affectant leur vie;

-Avoir accès à des mesures de soutien leur permettant de vivre de manière aussi indépendante que possible et de rester actif dans la collectivité;

-Obtenir l'information et le soutien dont ils ont besoin pour participer aussi pleinement que possible aux décisions qui les affecteront, y compris celles qui concernent leurs soins, de la pose du diagnostic jusqu'aux soins palliatifs et de fin de vie;

-D'attendre des professionnels chargés de leurs soins qu'ils soient formés dans le domaine des maladies neurodégénératives et des droits de la personne et qu'ils soient responsables de protéger ces droits;

-D'avoir accès à des procédures de plaintes et d'appels efficaces lorsque leurs droits n'ont pas été protégés ou respectés.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu