Santé

Ottawa bannit puis investit dans l'amiante

Anne Caroline Desplanques

Jeudi, 18 Octobre 2018, 18:20

LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

Des montagnes de résidus des mines d'amiante, situées à Thetford Mines.

24 heures après avoir annoncé le bannissement de l'amiante, Ottawa annoncera demain l'octroi de fonds publics à une entreprise qui souhaite exploiter les résidus des mines d'amiante, contre l'avis de la santé publique.

Dans un bref communiqué émis aujourd'hui, le ministère de l'Innovation a invité les médias à se présenter demain à l'usine d'Alliance Magnésium, à Danville, près d'Asbestos.

La ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, au nom de son collègue de l'Innovation, annoncera «l'octroi de fonds pour un projet de technologies propres avantageux pour l'environnement et pour les emplois de la classe moyenne». Les fonds iront à Alliance Magnésium, a confirmé au Journal Justine Lesage, l'attachée de presse de la ministre.

Cette entreprise a racheté en décembre 2017 la polluante usine Magnola et son dépôt de 100 millions de tonnes de résidus miniers, qui contient jusqu'à 40% de fibre d'amiante.

Le retour de Magnola

Comme elle, Magnola tirait du magnésium des résidus miniers, mais elle a fermé en 2003 après moins de deux ans d'exploitation, faute de rentabilité. L'usine était un puissant émetteur de polluants toxiques de la famille des BPC.

Avant même l'ouverture de l'usine, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) avait jugé le projet Magnola inacceptable. Mais cet avis n'avait pas empêché Québec d'investir dans l'aventure.

15 ans après avoir perdu sa mise, l'État québécois a de nouveau investi sur le même site, accordant 30,9 M$ à Alliance Magnésium en août, somme à laquelle s'additionnera l'aide d'Ottawa.

Le BAPE n'a cette fois pas évalué le projet. Aucun expert indépendant ne l'a donc analysé, prévient l'écotoxicologue Daniel Green, de la Société pour vaincre la pollution.

«Il faut demander de la transparence», plaide Kathleen Ruff, conseillère à l'Institut Rideau et coordonnatrice de l'Alliance de la Convention de Rotterdam, un accord international sur les produits chimiques ou pesticides dangereux sous l'égide de l'Organisation des nations unis.

Sous l'influence des lobbys

L'annonce fédérale met en colère la Dre Louise Soulière, de l'Association pour la santé publique du Québec : «Encore une fois le lobby a gagné», gronde-t-elle.

D'après le registre des lobbyistes, 11 lobbyistes ont travaillé pour Alliance Magnésium depuis 2016.

Les mêmes hommes de l'ombre ont multiplié les démarches auprès d'Ottawa pour que sa nouvelle norme anti-amiante ne s'applique pas aux résidus miniers.

Selon 17 directeurs de la santé publique du Québec, l'exploitation de cette matière pourrait remettre en suspension des fibres d'amiante dans l'air et exposer ainsi la population à un contaminant cancérigène.

«Toutes les autorités de la santé au Québec ont exprimé leur grande inquiétude. Personne au gouvernement fédéral et provincial ne les a écoutés», déplore Mme Ruff.

Norme permissive

Pour la Dre Soulière, «si on veut exploiter les résidus, il faut adopter les normes les plus sévères en matière d'exposition à l'amiante».

Or, la norme québécoise d'exposition à l'amiante est dix fois plus permissive que celle qui prévaut dans le reste du Canada et dans la plupart des pays de l'OCDE.

Selon Mme Ruff, avant de débourser un quelconque dénier public, l'État devrait renforcer les normes d'expositions à l'amiante.

Mais pour le vice-président principal d'Alliance Magnésium, Pierre Saint-Aubin « à toutes les fois qu'on augmente les mesures de sécurité, ça devient compliqué. On n'est pas là pour nuire à la santé des gens, mais on n'est pas un OBNL quand même », a-t-il déclaré au Journal en mai.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu