Kevin Owens retrouvera son public

Etienne Bouchard

Lundi, 20 Mars 2017, 20:09

Photo Archives / Agence QMI

Kevin Owens.

MONTRÉAL - Le Québécois Kevin Owens et les autres noms célèbres de la World Wrestling Entertainment (WWE) ne débarquent pas en ville avec leurs grosses bottines tous les jours, mais le public d'ici retrouvera ses lutteurs favoris vendredi au Centre Bell, dans l'un des derniers galas prévus avant le prestigieux WrestleMania 33 du 2 avril.

Les soirées dans les arènes montréalaises sont très spéciales pour celui étant né Kevin Steen et celle qui s'en vient risque de l'être davantage. Si la carte de l'événement reste intacte, il croisera le fer avec Sami Zayn dans ce qui serait la première finale individuelle entièrement québécoise à être organisée à Montréal depuis 1994. Cette année-là, Jacques Rougeau et Pierre-Carl Ouellet avaient réglé leurs comptes au vieux Forum. Ça fait un bout de temps, disons!

«Je connais très bien Sami, car on a souvent lutté ensemble dans les bars et les sous-sols d'église. On a plusieurs points en commun et on n'a pas besoin de se parler pour savoir ce que l'autre pense. Ça aide pour nos combats; moi et lui dans le ring, ça donne toujours la partie la plus mémorable de la soirée!», a affirmé Owens en entrevue téléphonique.

«Ce sera très spécial et même s'il y a de possibles changements de dernière minute, je me croise les doigts pour que ça reste ainsi», a continué celui qui sera de passage aux émissions Salut, Bonjour! du réseau TVA et Le Québec matin de la chaîne LCN, vendredi.

La grand-messe

Cependant, Owens a un rendez-vous encore plus important à son agenda: Chris Jericho, son rival à WrestleMania 33. Si le natif de Marieville n'est plus le champion universel de la WWE, il peut «remercier» Jericho. Ce dernier l'a suffisamment distrait pour permettre à Bill Goldberg, un ancien joueur de football de la NFL, de lui infliger un humiliant revers au gala «Fastlane», le 5 mars, une affaire qui a duré 22 petites secondes.

«C'est le plus gros "show" de l'année et ce sera plus particulier pour moi, parce que ça va être à Orlando, ma deuxième ville natale, a précisé Owens, qui a habité en Floride entre août 2014 et juin 2015, avant de déménager à Montréal. Chris, bien, il a été une inspiration pour moi durant ma carrière sur la scène indépendante. Mais quand je suis arrivé à la WWE, on avait peu d'affinités et sans la lutte, je ne lui aurais pas parlé. Dans les derniers mois, on a été plus proches. Nous sommes tous des confrères, on traverse les mêmes épreuves et on voyage ensemble. Des liens se tissent.»

Le Québec sous les feux des projecteurs

Le règne de 188 jours d'Owens au sommet de la WWE montre que le Québec ne se démarque pas seulement en ski et en patinage de vitesse! Dans le monde de la lutte, la Belle Province compte aussi sur des ambassadeurs de marque tels Zayn et Maryse Ouellet.

«C'est très bon signe et c'est encourageant pour les jeunes de la relève, a indiqué l'historien de la lutte, Pat Laprade. Quand un des nôtres se démarque, il y a une vague d'intérêt qui déferle vis-à-vis la personne et surtout, l'activité qu'elle pratique. On l'a vu avec Georges St-Pierre, Jacques Villeneuve et Jonathan Duhamel. Après que celui-ci eut gagné, plein de Québécois ont participé aux Séries mondiales de poker.»

«Je pense que ça envoie un bon message. Moi et Sami, on a rouvert la porte et ce qui est important à retenir, c'est que ça n'arrivera pas du jour au lendemain. Nous deux, ça nous a pris 15 ans avant d'y arriver», a ajouté Owens.

Menu