Sports

Alouettes de Montréal: Johnny Manziel frustré de ne pas jouer

Benoît Rioux

Jeudi, 13 Septembre 2018, 15:34

Martin Chevalier / JdeM

Le quart-arrière des Alouettes de Montréal Johnny Manziel ne pouvait mieux communiquer ses états d'âme, jeudi, quand il a montré sa frustration de ne pas être utilisé lors des matchs de l'équipe.

Ayant effectué un retour à l'entraînement après avoir souffert de symptômes grippaux lors des derniers jours, Manziel a déversé son fiel sur l'organisation montréalaise, émettant un doute à l'effet que les Alouettes ont peut-être perdu confiance en lui.

«Je sens qu'ils ont échangé la moitié de l'équipe pour m'amener ici, a-t-il laissé tomber. Donc, je vais continuer de croire que j'aurai une chance de revenir et de jouer. C'est pour ça que je suis un peu perdu présentement. Je sens qu'ils m'ont amené ici pour être une pièce importante. Ils croyaient beaucoup en moi lors des premières semaines où j'étais ici. Depuis que j'ai raté des semaines avec ma commotion, je n'ai pas joué une seule fois. C'est frustrant, certainement. Il y avait beaucoup d'espoir pour moi et de voir comment les choses ont changé en deux semaines, c'est difficile.»

Manziel, qui n'a pas joué depuis qu'il a subi une commotion cérébrale au cours d'un duel contre le Rouge et Noir d'Ottawa le 11 août, a dû céder sa place au jeune Antonio Pipkin à titre de quart-arrière numéro 1 de l'équipe lors des trois dernières rencontres. Pipkin a su saisir sa chance, menant les Alouettes à la victoire le 24 août contre les Argonauts de Toronto, puis le 31 août face au Rouge et Noir.

«Je me sens un peu frustré parce que je reviens d'une blessure et que je n'obtiens pas la chance de jouer, a repris Manziel. J'ai de la misère avec le fait de ne pas savoir ce qu'est mon rôle. Je ne suis pas un gars à utiliser pour obtenir une verge au troisième essai. Je n'ai pas de rôle spécifique dans le plan de match actuel.»

Manziel a rappelé que l'entraîneur-chef Mike Sherman lui avait pourtant dit à son arrivée que ça devait et que ça allait marcher pour lui à Montréal.

«J'espère que l'organisation et que les gens ici n'ont pas perdu la foi en mes habiletés à jouer, a poursuivi l'Américain de 25 ans. Je veux avoir une chance de revenir et de jouer parce que je suis venu ici pour ça et c'est ça que je souhaite faire.»

Kavis Reed confortable

Rencontré à la fin de l'entraînement, le directeur général des Alouettes, Kavis Reed, a bien voulu commenter la situation et les propos tenus par Manziel.

«Nous sommes très contents que Johnny ne soit pas confortable avec le fait d'être un substitut, a-t-il indiqué. Ça prouve qu'il a la bonne mentalité et qu'il désire aider cette organisation à avoir du succès.»

Manziel avait été acquis par les Alouettes dans une transaction avec les Tiger-Cats de Hamilton, le 22 juillet. En retour, Reed a cédé l'ailier défensif Jamaal Westerman, le receveur éloigné Chris Williams et les premiers choix des Alouettes en 2020 et 2022. Ce n'est pas tout à fait la moitié de l'équipe, mais c'était en effet plutôt chèrement payé.

«Cette organisation a longtemps souffert de ne pas avoir un quart-arrière de qualité, s'est défendu Reed. Quand on a fait l'échange pour Johnny, on savait exactement ce qu'on recevait en termes de talent. Nous sommes confortables avec ce qu'on a donné. Mais ce qui est bon présentement, c'est d'offrir à l'équipe toutes les opportunités pour connaître du succès. Quand Johnny a dû suivre le protocole des commotions cérébrales, Antonio a vu l'occasion et il a été joliment bon. Johnny doit continuer de se préparer jusqu'à ce qu'on fasse à nouveau appel à lui.»

Sur les lignes de côté?

Pour l'heure, Sherman n'a pas précisé le rôle que pourrait jouer Manziel s'il est bel et bien en uniforme ce vendredi, à Montréal, lors de la rencontre face aux Lions de la Colombie-Britannique. Pipkin obtiendra assurément le départ, tandis que Matthew Shiltz risque d'être le principal substitut. Manziel pourrait être en uniforme, sur les lignes de côté, à titre de troisième quart-arrière.

En se projetant dans le futur, Reed n'a pas peur que Manziel en vienne à vouloir quitter le club.

«La conversation que j'ai eue avec lui, c'est que de faire face à l'adversité permet de maximiser son potentiel, a noté le directeur général. C'est un défi qu'on doit traverser tous ensemble. Je ne crois pas que la situation aura un effet à long terme sur lui.»

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu