Sports

Alouettes: Patrick Boivin fait confiance à Kavis Reed

Mathieu Boulay

Jeudi, 08 Novembre 2018, 17:19

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Kavis Reed et Patrick Boivin.

«On sait que nos partisans sont tannés d'attendre après la victoire. Je suis aussi tanné qu'eux. Avoir une saison de cinq victoires est extrêmement décevant. C'est inacceptable.»

C'est dans ces mots que le président Patrick Boivin a décrit la saison 2018 des Alouettes jeudi . Un bilan qui a donné droit à un message similaire à l'an dernier.

«On a connu une belle progression en deuxième moitié, mais on a également trouvé beaucoup trop de manières de perdre, a-t-il souligné. On a encore beaucoup de travail devant nous.

«Nous avons de solides fondations sur lesquelles on doit continuer de construire. Kavis (Reed) le sait très bien. On doit poursuivre notre progression pendant la saison morte, mais aussi pendant la campagne 2019.»

De la stabilité

L'an dernier, Boivin avait prôné la stabilité au sein de son organisation. Il a tenu parole hier même si son équipe a présenté une fiche de 5-13 cette saison.

Ainsi, Kavis Reed a conservé son poste de directeur-général alors que Mike Sherman aura la chance de revenir à la barre de l'équipe la saison prochaine.

Ce n'est guère surprenant. Après les nombreuses transactions effectuées le 10 octobre dernier par Reed, Boivin avait écrit une lettre aux partisans dans laquelle il souhaitait que ceux-ci fassent confiance à la vision de son homme de football. Pour ce qui est de Sherman, il ne peut pas être pointé du doigt pour cette quatrième élimination de suite à la fin de la saison régulière.

«J'accepte l'entière responsabilité pour ne pas avoir atteint nos objectifs, a affirmé Reed. Par contre, je crois que nous avons réglé la situation des quarts en plus d'obtenir de la profondeur et de la qualité chez nos joueurs canadiens. On a également opéré un changement de culture grâce à l'arrivée de Mike Sherman.»

Toutefois, à travers les propos de Boivin, on sent que la marge de manoeuvre de Reed sera très mince dans la prochaine année. Si les Alouettes ne connaissent pas un bon départ en 2019, le directeur-général pourrait en payer le prix assez rapidement.

Verre à moitié rempli

Lors du bilan de l'an dernier, Reed avait élaboré une liste de 10 points précis sur lesquels il devait améliorer sa formation.

«On a tenté d'avoir du succès dans tous les points, mais je crois qu'on a atteint nos objectifs dans seulement six de ces éléments, a souligné Reed. Notre plus important était de trouver un quart-arrière partant de qualité et je crois qu'on a résolu ce problème.

«Je suis aussi content d'avoir instauré une nouvelle culture et on n'a pas vécu de drame dans le vestiaire comme l'an dernier.»

L'homme de football a déjà établi ses priorités pour la saison morte. Il a l'intention d'aller chercher du renfort chez les receveurs, à la ligne défensive et à la ligne offensive.

«Un de mes dossiers prioritaires sera celui du bloqueur Tony Washington, a affirmé Reed. À 32 ans, il est encore jeune. Selon moi, il est dans le top 3 des meilleurs joueurs à sa position dans la LCF.

«On a de bons joueurs au sein de notre ligne défensive, mais on manque de profondeur. On regardera aussi pour trouver un demi défensif même si on a aimé le jeu d'un gars comme Greg Reid dans les dernières semaines.»

Il est bien conscient que sa marge d'erreur est plus mince que l'an dernier. Il devra avoir un taux élevé de réussite dans ses mouvements de personnel au cours des prochains mois. Si ce n'est pas le cas, il pourrait se voir indiquer la porte de sortie.

Le fils du propriétaire Bob Wetenhall, Andrew, n'était pas présent dans la salle pour le bilan de l'équipe. Selon Boivin, il n'était pas prévu qu'il soit aux côtés de ses hommes de football pour cette dernière rencontre avec les médias.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu