Le CH va jouer dehors

Jonathan Bernier

Vendredi, 17 Mars 2017, 11:30

Photo John Major / Agence QMI

Eugene Melnyk, Gary Bettman et Geoff Molson.

OTTAWA - Le secret le moins bien gardé dans les coulisses de la Ligue nationale a été confirmé, vendredi midi.

Le 16 décembre, le Canadien et les Sénateurs croiseront le fer dans le cadre d'un match extérieur.

Les deux formations s'affronteront au TD Place du parc Landsdowne, domicile du Rouge et Noir d'Ottawa, champions en titre de la Coupe Grey.

Cette confrontation visera à rappeler le tout premier match de l'histoire de la LNH, disputé entre ces deux mêmes équipes, dans la capitale fédérale, le 19 décembre 1917.

«Rendre cet événement possible n'a pas été chose facile. Nous avons déployé des montagnes d'efforts», a déclaré Eugene Melnyk, propriétaire des Sénateurs d'Ottawa.

Un effort auquel Jim Watson, le maire d'Ottawa, a grandement participé.

«J'ai tellement fait d'appels entre mon bureau, celui de la LNH et celui des Sénateurs que j'aurais pu être accusé de harcèlement», a indiqué M. Watson.

Et le 375e de Montréal ?

Par la suite, ce dernier a passé en revue tous les grands anniversaires coïncidant avec le centenaire de la LNH. Les 25 ans des Sénateurs, le 50e anniversaire des 67 d'Ottawa, les 125 ans de la coupe Stanley et les 150 ans de la Confédération.

Des anniversaires contre lesquels le 375e anniversaire de Montréal n'a pas semblé faire le poids.

Bon joueur, le propriétaire du Canadien, Geoff Molson, a remercié Melnyk et les Sénateurs pour leur invitation à la fête.

«C'est un grand honneur. Ce sera notre quatrième match extérieur. Après Edmonton, Calgary et Boston, ce sera autour de la capitale fédérale. Nous sommes très fiers d'être ici. Nous sommes également très fiers de retrouver 24 fois notre nom sur la coupe Stanley.»

Pas de retour pour Guy Lafleur

Sept membres du Temple de la renommée étaient présents pour cette annonce et celle du dévoilement d'une plaque commémorative soulignant le caractère historique de la coupe Stanley.

Originaire de Thurso, en Outaouais, l'ancienne gloire du Canadien ne croit pas qu'il remettrait les patins si un match des anciens devait précéder ce match extérieur.
«J'y penserais, mais j'ai vendu mon équipement et je ne sais même pas si je sais encore patiner», a déclaré Lafleur dans un éclat de rire.

Le «Démond blond», qui avait participé aux festivités entourant la toute première Classique Héritage, à Edmonton en 2002, avait juré au terme de son dernier match avec les anciens, le 27 février 2011 à Québec, qu'il se retirait pour de bon.

Puisqu'il n'y a que les fous qui ne changent pas d'idée, attendons voir.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu