Techno

N'en déplaise à Trump, les grandes technos veulent conserver les jeunes immigrants

André Boily

Tuesday, September 05, 2017, 5:25 AM

Une fois de plus, les grandes entreprises de haute technologie font front commun face à la volonté du président Trump de mettre fin au programme Dreamers des jeunes immigrants sans papier et qui espèrent conserver dans leurs rangs ces jeunes et brillants diplômés.

Sous la précédente présidence, Obama avait décrété le programme Deferred Action for Childhood Arrivals (DACA), mieux connu sous le nom des Dreamers, qui offrait à quelque 800 000 jeunes d'étudier et de travailler aux États-Unis sans risque de déportation, à la condition qu'ils remplissent plusieurs critères

Or, les politiques d'immigration du nouveau président menacent une fois de plus l'héritage et les réalisations de son prédécesseur, Obama.

Parmi ces 800 000 jeunes qui ont grandi aux États-Unis, la lettre que les grandes technos ont envoyée au président Trump souligne que 97% d'entre eux sont aux études ou occupent un travail, que 16% ont acheté leur première maison et qu'au moins 72% des 25 premières compagnies du Fortune 500 comptent de jeunes prodiges Dreamers parmi leurs employés.

460 milliards $ du PIB

La missive du groupe au président fait de plus valoir que la fin du programme DACA et littéralement la déportation de ces 800 000 jeunes, le produit intérieur brut (PIB) du pays perdrait 460,3 milliards $ et 24,6 milliards $ en contributions fiscales Medicare et en sécurité sociale.

Signée par les PDG d'Apple, Amazon, Netflix, Salesforce, eBay, Facebook, Google, Lyft, Uber et plusieurs autres, la lettre pousse le gouvernement à trouver une solution permanente au programme DACA. Certains comme ceux de Microsoft y sont allés d'une lettre directe au président et au congrès américains.

Menu