Techno

Grand nettoyage (de désinformations russes) de Google sur ses plateformes

André Boily

Mardi, 10 Octobre 2017, 10:53

(image de Marketingland)

La dernière élection américaine a laissé transparaître les nombreuses campagnes publicitaires de désinformation orchestrées par des entités russes sur les réseaux sociaux. Après Facebook et Twitter, c'est au tour de Google de dévoiler les interférences de la Russie sur ses plateformes comme YouTube, Gmail.

Les enquêtes des autorités américaines sur les ingérences russes dans la récente campagne américaine ont permis de découvrir les publicités et les fonds dépensés par des agences proches du Kremlin sur les plateformes de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter. Cette fois, on apprend que Google a trouvé des dizaines de milliers de dollars dépensés en publicités par des agents russes qui se sont servis des plateformes du géant de l'Internet pour propager des désinformations.

Ainsi, la plateforme vidéo YouTube, le service de messagerie Gmail, le réseau publicitaire DoubleClick et le moteur de recherche Google ont servi de rampe de lancement pour semer la discorde, des divisions raciales et autres tensions pendant la dernière campagne électorale américaine, selon des personnes familières du dossier et révélées par le Washington Post.

Avec les données de Twitter

Si Google avait jusqu'à maintenant minimisé le problème d'ingérence russe dans ses platebandes numériques, le géant a tout de même lancé une enquête interne sous la pression du Congrès américain.

Si jusqu'à présent l'attention des enquêteurs était plutôt tournée vers Facebook dont plus de 3000 annonces d'origine russe avaient été colportées sur le grand réseau social, la présence russe a été découverte par Google sur ses plateformes en siphonnant les données de son concurrent Twitter, selon des personnes familières de l'enquête.

Twitter offre à des tiers la possibilité d'accéder à des tweets parcellaires sans frais ou à tout le contenu jusqu'en 2006 avec frais. C'est donc en comparant les données de Twitter avec les comptes utilisés sur ses services publicitaires que Google a pu établir les liens d'ingérence et l'origine des comptes russes.

On n'a pas fini d'en apprendre sur cette ingérence extérieure, les trois grandes plateformes n'en sont qu'aux premières révélations.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu