Techno

Les indiscrétions de la nounou numérique poussent Mattel à retirer son jouet Aristotle

André Boily

Vendredi, 06 Octobre 2017, 22:09

Aristotle, de Mattel (photo : IDG / Mark Hachman)

L'idée de base derrière la nounou numérique était censée : un produit évolutif et plus intelligent que la simple radio unidirectionnelle que l'on pose près du lit de bébé. Sauf que plusieurs ont vu dans Aristotle (nom donné par Mattel à sa nounou numérique) un problème de confidentialité des données pour une clientèle (des bébés) très vulnérable.

Aristotle, c'est le nom donné à une «nounou» numérique créé par la société Nabi pour le compte de Mattel. Un produit dit intelligent censé suivre le développement de bébé, lui apporter éclairage, le distraire, prévenir les parents, etc.

Si, à la base le concept semble intéressant et dans l'air du temps - pensons à tous les haut-parleurs intelligents sur le marché (ceux de Google, Amazon, Apple) -, Mattel a dû faire marche arrière et retirer son produit des tablettes.

Pourquoi ? Parce que les défenseurs des enfants ont lancé une pétition pour pousser le géant de jouets à annuler la sortie de son produit Aristotle parce qu'il donnait à son distributeur, Mattel, un regard sans précédent dans la vie des enfants selon eux.

Outre les questions d'informations privées sur une population très vulnérable, le produit - un haut-parleur intelligent avec caméra - était commercialisé auprès de parents qui ne comprenaient pas comment la technologie pouvait influencer le développement de si jeunes enfants. Et des membres du Sénat américain s'en sont mêlés en demandant comment le fabricant de jouets allait stocker ou conserver les données sur les enfants.

Et pour l'Association américaine de pédiatrie, «on s'inquiétait comment cette technologie allait devenir le premier membre répondant à un enfant qui pleure, un enfant qui veut apprendre ou jouer.

Disons que le premier gentil robot ou appareil intelligent pour bébé n'est pas pour tout de suite...

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu