Techno

Élections mi-mandat et ingérences, un test pour Facebook

André Boily

Vendredi, 26 Octobre 2018, 15:32

Vue de la cellule de crise (photo Facebook)

Encore pris à gérer les retombées du scandale Cambridge Analytica, les bogues et les vols de données personnelles, Facebook a mis sur pied une cellule de crise pour contrer les nombreuses ingérences étrangères sur son réseau social.

La société a été durement touchée ces dernières années. Facebook tente toujours de se remettre sur pied après le scandale Cambridge Analytica. Et les mauvaises nouvelles n'ont pas cessé depuis; un réseau de pirates a exploité un bogue et volé des données privées à des dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook. Puis il y a les sempiternelles ingérences russes surtout, mais aussi chinoises et iraniennes qui exploitent la division et les fausses nouvelles à l'aube des élections américaines de mi-mandat début novembre.

Sur le front financier, la situation n'est pas rose non plus. Du pic de 215 $US, le titre FB a chuté sous les 150 $ (146 $ au moment d'écrire ces lignes). Aucun doute, la société de Mark Zucherberg doit redresser sa crédibilité et sa situation financière.

Cellule de crise

Facebook doit faire face à plusieurs tests visant à déterminer s'il est capable de détecter et de mettre fin aux interférences électorales: la société est examinée pour son rôle dans l'élection présidentielle brésilienne du mois prochain et les élections de mi-mandat de novembre aux États-Unis approchent à grands pas.

La cellule de crise est un pas dans la bonne direction. Il est infiniment très important que Facebook fasse des progrès dans la lutte contre les ingérences électorales.

Les efforts de riposte et de surveillance vont de l'utilisation de programmes automatisés pour trouver et supprimer de faux comptes à la suppression de pages Facebook qui diffusent de la désinformation. M. Zuckerberg a écrit que Facebook était également sur le point d'embaucher 10 000 personnes supplémentaires pour travailler sur les questions de sécurité, ainsi que pour améliorer la coordination avec les forces de l'ordre et d'autres entreprises en cas d'activités suspectes.

Exercice d'équilibriste

Outre les élections de mi-mandat américaines, Facebook est aux prises avec des campagnes de désinformation sur sa plateforme sur plusieurs importants marchés ou pays, allant de l'Inde au Mexique.

L'un des défis les plus difficiles de Facebook a été de savoir comment gérer des campagnes de désinformation coordonnées sans paraître biaisé d'un côté ou de l'autre du spectre politique.

Pour juger du succès ou de la faillite de cette cellule de crise, nous le saurons assez vite après les élections.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu