Techno

Les femelles étourneaux sous Prozac sont moins courtisées

AFP 

Mardi, 07 Août 2018, 09:46

AFP

LONDRES | Les étourneaux femelles ayant ingéré de petites doses d'antidépresseurs contenues dans leurs proies attirent moins leurs congénères mâles, qui chantent moins à leur attention en les courtisant, selon une étude de l'Université de York, au Royaume-Uni.

« Nos constatations laissent à penser qu'une exposition à un antidépresseur a réduit l'attractivité des femelles », ont précisé les chercheurs dans l'étude, menée sur trois ans.

Ils ont étudié le comportement d'étourneaux mâles envers des femelles nourries de vers et d'autres invertébrés contenant des traces de médicaments, notamment d'antidépresseur fluoxétine (Prozac et génériques), tels que les proies dont ces oiseaux viennent se nourrir dans les stations d'épuration d'eau.

« Le chant est un élément essentiel du processus de séduction chez les oiseaux, utilisé par les mâles pour faire la cour à leurs femelles préférées, et par les femelles pour choisir le mâle qu'elles estiment le meilleur pour engendrer leurs petits », a expliqué la chercheuse Sophia Whitlock dans un communiqué.

« Les mâles chantaient deux fois plus souvent et plus longtemps auprès des femelles non traitées, par comparaison avec les femelles ayant reçu de petites doses de Prozac », a-t-elle ajouté.

Les résidus de médicaments présents dans l'eau proviennent des industries pharmaceutiques, des médicaments jetés dans les déchets ménagers, des eaux usées des foyers et des hôpitaux, mais aussi des élevages industriels et des boues d'épandage.

L'étude, qui doit être publiée dans la revue spécialisée Chemosphere, a également démontré un comportement plus agressif des mâles envers les femelles ayant absorbé de faibles doses d'antidépresseurs. « Au lieu de les courtiser, les mâles étaient plus susceptibles de chasser les femelles étourneaux sous Prozac, de leur donner un coup de bec ou de les griffer », selon le communiqué.

Ces changements de comportement peuvent mettre en danger ces oiseaux chanteurs.

« C'est une première indication que de faibles concentrations d'un antidépresseur peuvent perturber la processus de séduction chez les oiseaux chanteurs », a souligné une autre participante à l'étude, Kathryn Arnold. « C'est important parce que les animaux qui sont lents à trouver un partenaire ne se reproduiront souvent pas ».

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu