Voyages

Bali, une île envoûtante et mystérieuse

Lise Giguère

Samedi, 02 Décembre 2017, 04:00

Photo Agence QMI, LISE GIGUÈRE

UBUD, Bali, Indonésie | Destination de rêve pour les touristes du monde entier, Bali baigne toujours dans une spiritualité d'un autre siècle. Pour vraiment apprécier cette île, surnommée l'«île des dieux», il faut ouvrir son coeur et son esprit et tenter de comprendre ou à tout le moins respecter les croyances et la dévotion de ses habitants.

On ne vient pas à Bali pour ses plages, même si certaines sont plutôt agréables. On y vient plutôt pour ses paysages magnifiques, ses rizières en terrasses, ses randonnées incroyables, ses forêts touffues, ses milliers de temples et ses cérémonies colorées, mais plus que tout pour la gentillesse, le sourire et la chaleur des Balinais.

La ferveur de ces derniers contribuerait même à la popularité de cette île, la plus touristique de l'archipel indonésien, le plus grand au monde. Il est vrai qu'en ce temps d'individualisme se plonger dans des traditions séculaires d'un hindouisme pur a pour effet de bousculer nos valeurs.

On ne revient pas totalement indemne de Bali.

Se familiariser avec Bali

Il est intéressant d'aborder la découverte de cette île unique en compagnie de professionnels. Spécialiste de l'Asie, Groupe Voyages Québec a récemment invité une dizaine d'agents de voyage pour leur permettre de découvrir les trésors de Bali. Jointe à ce groupe, l'auteure de ces lignes a profité du circuit pour sillonner toute l'île, excepté la zone rouge autour du volcan Agung, lequel constituait toujours une menace, bien que réduite, au moment de la visite.

Après un vol de 23 heures, c'est un groupe de 12 déesses un peu défraîchies, mais très excitées, qui est débarqué sur l'«île des dieux».

Sous une chaleur et une humidité torrides, le groupe s'est entassé dans un bus qui s'est aussitôt lancé dans la circulation chaotique de Denpasar, en direction d'Ubud, le coeur culturel de l'île avec ses rizières, ses spas, ses boutiques et ses spectacles traditionnels.

Les splendeurs de Bali

Nous sommes alors à environ 40 km du volcan Agung, le plus important de Bali, lequel, peu avant notre arrivée s'était fait très menaçant. Bien que calmé, selon notre guide Sudiana, par les offrandes et les cérémonies d'une population toujours ancrée dans ses croyances ancestrales, le volcan demeurait tout de même sous haute surveillance. Les jours suivants, il aura donc fallu tourner le dos à ce lieu important, à ses plages de sable noir et à ses sites historiques pour se concentrer sur les autres secteurs de l'île.

Tour à tour, on découvrira Seminyak, lieu de prédilection des expatriés qui y ont élu domicile, Lovina Beach et ses dauphins, Sanur et sa plage familiale, Nusa Dua, la station balnéaire haut de gamme, et sa voisine Benoa, moins chère et propice aux sports nautiques, sans oublier Kuta Beach, lieu de naissance du tourisme à Bali. C'est à cet endroit que, dans les années 1970, se ruaient les surfeurs en mal de sensation. Et enfin, la baie de Jimbaran, avec son marché aux poissons et ses restaurants de fruits de mer en bord de plage.

Pendant 10 jours, Bali se dévoilera à travers ses nombreux temples sacrés, ses rizières en terrasses où les travailleurs plantent ou récoltent le riz, les forêts de bambou, les grottes, le rafting en rivière, le sanctuaire des macaques gris à queues longues, les lacs, le volcan Batur, les plages de sable gris (poussière de volcan) ou blanc, les spectacles traditionnels, les hôtels et restaurants en tout genre, sans oublier les spas que l'on peut s'offrir tous les jours tellement les tarifs sont minimes.

Bref, Bali a de quoi combler les voyageurs les plus exigeants, à condition d'ouvrir son esprit aux rituels et cérémonies parfois étranges que l'on observe. Pour y arriver, la présence d'un guide capable d'expliquer ces traditions millénaires est un énorme plus. Visiter Bali sans tenter de comprendre son peuple et ses croyances serait passer à côté de son âme. Et, très franchement, ce serait plus que dommage.

À savoir

- Le meilleur moment pour se rendre à Bali est d'avril à septembre. La saison des pluies s'étend d'octobre à mars.

- Qatar Airways est la seule compagnie à offrir un vol ne comprenant qu'une seule escale (à Doha) à partir de Montréal. Il faut compter environ 23 h de vol. www.qatarairways.com

- Le grossiste Groupe Voyages Québec propose différents circuits: «Bali l'île aux fleurs» qui permet de découvrir les incontournables de Bali; «Séjour découverte de Bali» où l'on s'installe dans une station balnéaire, mais qui comprend au moins trois excursions, «Charmes de Bali», un circuit privé avec chauffeur guide en français; etc. www.gvq.ca

- Bali n'est pas suggérée aux personnes à mobilité réduite ou à ceux ayant des problèmes avec les escaliers. Les marches sont inégales et surtout omniprésentes, aussi bien sur les sites que dans les chambres d'hôtel.

- Bali est une destination sûre.

Le Nouvel An balinais

De toutes les cérémonies qui se déroulent à Bali, la plus troublante et la plus spéciale est sans doute le Nyepi (la «fête du silence» ou Nouvel An balinais), qui a lieu chaque année en mars ou avril. Elle a pour but est de tromper les esprits malins en leur faisant croire, pendant 24 heures, que leur île est inhabitée.

La préparation dure un mois au cours duquel les jeunes fabriquent de grands mannequins (3 ou 4 m) de papier mâché qui représentent les esprits mauvais. Ils sont généralement d'une laideur repoussante.

La veille de la cérémonie, les femmes préparent les offrandes (fruits, gâteaux, etc.) tandis que les hommes sacrifient les cochons, poules, veaux, chèvres, etc.

S'ensuit un grand défilé où tout le monde se dirige vers la mer en portant tous les objets précieux du temple pour les purifier. En soirée, les mannequins sont brûlés avec grand bruit jusqu'à minuit, moment où l'on déclare le silence obligatoire pour les 24 prochaines heures.

Durant cette période, tous les sites touristiques sont fermés, même l'aéroport. Les voitures, scooters, bus sont interdits dans les rues désertes. Et il est interdit de sortir de la maison sous peine d'amende (généralement 10 kg de riz). Seuls l'hôpital et les hôtels demeurent ouverts, cependant leurs clients ne doivent pas quitter leur enceinte et les employés ne peuvent se relayer.

En 2018, le Nyepi aura lieu le 17 mars.

(Notre collaboratrice était l'invitée de Groupe Voyage Québec.)

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu