Aéroport de Québec: les voyageurs prennent leur mal en patience

Taïeb Moalla

Mercredi, 15 Mars 2017, 16:02

Photo Fotolia

Alors qu'une cinquantaine de vols ont été annulés en 24 heures à l'aéroport de Québec à cause de la tempête, les voyageurs rencontrés sur place, mercredi midi, prenaient leur mal en patience.

«On était supposés partir à 10 h 40. Ils nous ont écrit un SMS pour nous dire que c'est retardé pour 13 h 05. Puis là encore, le vol est retardé pour 17 h 40», a raconté Mireille Langlois.

Arrivée en voiture mardi soir de Drummondville avec son conjoint Benoit Messier, Mireille doit s'envoler pour Cayo Santa Maria, à Cuba, avec la compagnie Sunwing. «On part pour dix jours. Donc, c'est moins pire. Si nos vacances avaient été de cinq ou de sept jours, j'aurais vraiment pas été contente», a-t-elle signalé, sourire aux lèvres.

De leur côté, Tom Boudreault et Laura Chouinard se consolaient en se disant qu'ils pourraient profiter du réseau Wi-Fi de l'aéroport pour avancer dans leurs travaux scolaires en attendant leur vol pour Sept-Îles.

«On a su (mardi) soir que le vol de mercredi matin était annulé. Air Canada nous a mis sur un vol en après-midi, mais on ne sait pas encore si on va décoller. Il ne fait pas beau à Sept-Îles», a décrit Laura, étudiante au Cégep. Fataliste, son conjoint Tom, étudiant en administration à l'Université Laval, a admis que «ça ne change pas grand-chose pour nous. On s'en va en vacances. On n'est pas pressés.»

Mardi soir, le pilote d'un vol Sunwing en provenance de Puerto Plata, en République dominicaine, a préféré atterrir à Sept-Îles plutôt qu'à Québec à cause des vents et de la visibilité réduite.

Pistes ouvertes

Mathieu Claise, directeur des communications de l'aéroport international Jean-Lesage de Québec, a expliqué que les «pistes n'ont jamais été fermées. On est très fiers de ça. On a eu beaucoup de retards et une cinquantaine d'annulations à l'arrivée et au départ de Québec. Les annulations ont surtout touché les vols pour l'Est américain, pour Montréal et pour Toronto».

Cela dit, «les choses sont en train de rentrer dans l'ordre et le trafic reprend tranquillement surtout depuis que le vent souffle moins fort», a ajouté M. Claise mercredi midi.

Tous les voyageurs rencontrés par le Journal avaient pris soin de vérifier les horaires des vols sur Internet avant de se rendre à l'aéroport. Les compagnies aériennes offraient une quinzaine de dollars aux voyageurs pour manger et s'hydrater en attendant leur décollage.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu