Tempête: 181 vacanciers détournés à Sept-Îles

Émy-Jane Déry

Jeudi, 16 Mars 2017, 00:39

Photo courtoisie

SEPT-ÎLES - La «tempête de l'année» a forcé 181 voyageurs de Québec qui arrivaient de la République dominicaine à passer la nuit à Sept-Îles, où des agents frontaliers sont entrés au travail spécialement pour s'occuper d'eux.

Louise De Angelis et sa petite fille de 13 ans étaient du lot. Elles ont profité d'un voyage d'une semaine à Puerto Plata. Leur retour à Québec était prévu mardi, vers 20 h. La tempête qui s'abattait déjà sur une partie de la province a empêché leur avion de suivre son itinéraire initial. Le vol de la compagnie Sunwing a été détourné vers Sept-Îles au dernier moment.

«Le répartiteur voulait nous envoyer à Val-d'Or, mais le capitaine a insisté pour qu'on puisse aller à Sept-Îles, sinon nous aurions dû passer la nuit dans l'avion», a raconté Mme De Angelis.
C'est qu'il n'y a pas de service de douanes à l'aéroport régional de Val-d'Or, a expliqué l'Agence des services frontaliers du Canada.

Sans avoir passé par le processus de dédouanage, les passagers auraient dû patienter dans l'avion. Ils ont plutôt eu droit à un traitement «spécial» en atterrissant vers 21 h 30, à Sept-Îles. L'Agence des services frontaliers a fait venir des douaniers à l'aéroport uniquement pour s'occuper d'eux.

«Nos agents de Sept-Îles qui étaient à la maison à cette heure-là ont fait preuve de flexibilité et ont accepté de rentrer au travail à la dernière minute pour éviter aux gens de rester dans l'appareil», a dit Dominique McNeely, porte-parole de l'Agence.

Traitement de faveur

Il s'agit d'une mesure exceptionnelle puisque les avions commerciaux ne sont généralement pas dédouanés à Sept-Îles. Les installations de l'Agence servent pour les appareils transportant15 passagers et moins.

Un service de navette de taxi a ensuite été organisé pour transporter le groupe vers un hôtel septilien, où Mme De Angelis et sa petite fille sont arrivées un peu avant minuit. Une pizzéria est demeurée ouverte spécialement pour livrer un repas à la chambre des passagers.
Une bonne nuit de sommeil plus tard, les voyageurs sont retournés à l'aéroport mercredi matin.

«On a vraiment hâte de retourner dans nos affaires, mais on ne peut vraiment pas se plaindre de comment les choses été gérées», a dit Mme De Angelis.

Après quelques reports en raison des conditions météorologiques, l'avion a finalement pu repartir pour Québec en milieu d'après-midi, mercredi.

Articles recommandés

Ailleurs sur le web

Menu